La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse et ses membres ont présenté des mémoires à la Commission de délimitation des circonscriptions électorales, le 8 septembre à Saulnierville. Au micro, la porte-parole Evelyn LeBlanc Joyce, de la Société acadienne de Clare, accompagnée (à sa gauche) de Marie-Claude Rioux de la FANE.
La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse et ses membres ont présenté des mémoires à la Commission de délimitation des circonscriptions électorales, le 8 septembre à Saulnierville. Au micro, la porte-parole Evelyn LeBlanc Joyce, de la Société acadienne de Clare, accompagnée (à sa gauche) de Marie-Claude Rioux de la FANE.

La représentation effective en Nouvelle-Écosse : La délimitation des comtés protègerait les quatre régions acadiennes

Jean-Pierre Dubé
Jean-Pierre Dubé
Francopresse
Francopresse. Pendant que les yeux des minoritaires sont tournés vers la crise franco-ontarienne, un drame se dénoue chez les Acadiens de la Nouvelle-Écosse. Un rapport propose l’ajout de 4 ou 5 circonscriptions afin de mieux les représenter.

Sept ans après l’abolition des trois comtés protégés et son invalidation en Cour d’appel l’an dernier, les Acadiens de la Nouvelle-Écosse pourraient retrouver leur pleine représentation effective à l’échelle provinciale. Dans un rapport périodique déposé le 27 novembre, la Commission de délimitation des circonscriptions électorales avance trois scénarios pour maximiser le vote acadien.

« Ce serait un beau cadeau pour le 50e anniversaire de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, lance la directrice générale Marie-Claude Rioux. Il y a deux recommandations pour protéger le vote des Acadiens de Chéticamp. C’est très clair que la Commission ne s’en va pas vers le statu quo. »

Le rapport de 86 pages prévoit d’abord le retour de la protection législative établie en 1992 dans un comté à Preston pour les Africains néo-écossais et trois comtés acadiens. Clare, Argyle et Richmond s’ajouteraient aux 51 circonscriptions actuelles. Quant à la création d’une 4e entité pour enfin représenter les Acadiens de Chéticamp, deux options s’offrent.

Dans un scénario de 55 comtés, un siège serait ajouté dans le nouveau comté d’Inverness afin d’assurer une double députation : une pour la population générale et l’autre pour les Acadiens.

L’autre possibilité serait l’ajout d’une 56e circonscription pour Chéticamp, au titre de 4e comté acadien protégé. C’est le scénario privilégié par la FANE, en mode de préparation pour la prochaine ronde de consultations de la Commission au début de 2019 sur les nouvelles propositions.


« Personne n’était contre les circonscriptions acadiennes »

« Je vais présenter notre document [le mémoire présenté à la Commission en septembre 2018] ce soir au Conseil d’administration, ajoute Marie-Claude Rioux, on sera prêt pour janvier. La Commission ira dans les régions pour consulter les populations affectées, en particulier à Chéticamp. Très peu de gens vont s’intéresser aux circonscriptions acadiennes. »

Le 2 décembre, la directrice générale a participé dans l’appréhension à une tribune téléphonique sur les propositions à la radio de CBC. « Parmi toutes les personnes qui ont appelé, s’est-elle étonnée, personne n’était contre les circonscriptions acadiennes. On a un appui très fort. »

Le rapport final de la Commission, attendu avant le 1er avril, sera vraisemblablement accepté par la Législature, estime la porte-parole. D’abord parce que la Commission a été contrainte de reprendre son travail après la décision de la Cour d’appel. Et personne n’a oublié que le premier rapport des commissaires avait été influencé indument par le pouvoir.


« Le gouvernement s’est fait taper sur les doigts »

« Quand le rapport sera présenté, estime-t-elle, je serais surprise qu’il soit rejeté. Le gouvernement (précédent) s’était fait taper sur les doigts pour s’être ingéré dans le travail de la Commission. »

Élus en mai 2017, les libéraux de Stephen McNeil sont majoritaires en Nouvelle-Écosse jusqu’au scrutin provincial de 2021. Le timing du rapport est bon, note Marie-Claude Rioux. Il faut encore du temps pour que la Législature adopte une nouvelle délimitation et produise des cartes électorales.

Elle rappelle que, même si tous les regards sont présentement tournés vers la crise générée par les coupes franco-ontariennes du gouvernement Ford, l’aboutissement du dossier des circonscriptions protégées en Nouvelle-Écosse est un précédent important pour les communautés francophones.