On aperçoit la liste des écoles que les parents peuvent consulter et imprimer la liste de la classe désirée
On aperçoit la liste des écoles que les parents peuvent consulter et imprimer la liste de la classe désirée

La rentrée scolaire : Une période difficile pour plusieurs familles

Claire Lanteigne
Le Moniteur acadien
Depuis sept ans, l’Ontario finance toutes les fournitures scolaires essentielles. Fini le magasinage et les dépenses de rentrée. Au Nouveau-Brunswick, on estime qu’il en coûte près de 400 $ pour équiper un seul enfant en fournitures, en vêtements et en chaussures.

C’est une période occupée depuis quelques semaines dans les commerces qui vendent du matériel scolaire. Si la rentrée, qui s’amorcera le 4 septembre pour nombre d’écoliers, est une manne pour les commerçants, elle représente souvent un casse-tête financier pour les parents.

Il en coûte près de 400 $ pour équiper un seul enfant en fournitures, en vêtements et en chaussures. Et, une fois achetés cahiers et crayons, sac d’école et boîte à lunch, les parents doivent encore ouvrir leurs portes-monnaies pour les livres, les photocopies, les agendas, les instruments de musique, etc. Les parents se voient aussi demander des contributions qui servent à financer des activités culturelles et des sorties.

« Moi, de dire Joline, j’évite la surconsommation. Je garde tout ce qui est bon de l’année précédente et mes enfants utilisent certains articles depuis de nombreuses années. Si la règle est bonne et les crayons à colorier sont encore assez longs, pas question d’en acheter des neufs. Même chose pour les sacs d’école et les boîtes à dîner, c’est important de recycler les articles qui sont encore bons. Pas question de gaspiller et les enfants ne s’en plaignent pas, la réutilisation, ça fait partie de la protection de l’environnement. »

« C’est rendu tellement facile de magasiner, de dire Denise, qu’on n’a même plus besoin d’imprimer la liste de la classe de notre enfant. Un magasin offre tout un service qui te permet de choisir l’école, puis la classe et on peut l’imprimer en magasin. Moi je ne prends pas de chance cependant, je l’imprime et je vérifie soigneusement avec mes trois filles ce qu’elles ont des années précédentes. » Rencontrée au magasin avec ses trois filles, elle devait acheter en moyenne trois items pour chacune. « Il faut juste que je m’assure qu’elles n’achètent pas les plus dispendieux », dit-elle.


Lire l’article complet sur le site du journal Le Moniteur acadien