La grande arrivée (légale) du pot

Aude Pidoux
Le Gaboteur
Aujourd’hui, 17 octobre, la consommation, la production, la vente de cannabis deviennent légales au Canada, tout comme son achat. Chaque province a développé sa propre loi pour accueillir cette nouveauté.

Aujourd’hui, 17 octobre, la consommation, la production, la vente de cannabis deviennent légales au Canada, tout comme son achat. Chaque province a développé sa propre loi pour accueillir cette nouveauté. Qu’en est-il à Terre-Neuve-et-Labrador ?

Qui peut vendre du pot ? Qui peut en consommer ? Et où ? Les gouvernements provinciaux ont dû prendre un certain nombre de décisions ces dernières années afin de se préparer à la légalisation du cannabis au Canada.

À Terre-Neuve-et-Labrador, le gouvernement a choisi de confier une partie de la vente de pot au secteur privé. Pour être autorisés à le faire, les commerçants devaient obtenir une licence délivrée par la Newfoundland Labrador Liquor Corporation (NLC) qui en contrôle l’approvisionnement, la distribution et le prix. Avant d’ouvrir des points de vente, ces commerçants doivent également obtenir un permis de leur municipalité.

À ce jour, la NLC a accordé des licences donnant le feu vert à l’ouverture d’une trentaine de points de vente dans la province, couvrant ainsi la plupart des villes et municipalités de moyenne taille de l’île et du Labrador. À elle seule, la société Loblaw contrôle pratiquement le tiers des points de vente, avec des sections cannabis dans dix de ses marchés d’alimentation. Canopy Growth, la seule entreprise ayant obtenu à ce jour le droit de cultiver du cannabis, a pour sa part quatre points de vente. Deux autres sociétés, Oceanic Releaf et Cape d’or Holdings, ont trois points de vente chacune.

Parmi ses voisines, la province de Terre-Neuve-et-Labrador est la seule à avoir fait le choix de confier la vente du cannabis au secteur privé. En effet, aussi bien le Québec, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick que l’Île-du-Prince-Édouard ont confié la vente de cannabis à des filiales de leur société des alcools respective. Il s’agit d’une manière pour ces provinces de profiter pleinement de la manne financière que crée la légalisation du pot. La NLC en revanche demeure l’unique entité autorisée à faire commerce de cannabis en ligne.


Fumer et cultiver

À Terre-Neuve-et-Labrador, il faut avoir plus de 19 ans pour pouvoir posséder du cannabis, et on ne peut en consommer qu’à la maison. Il est en outre possible de cultiver jusqu’à quatre plants de cannabis à des fins personnelles par domicile.

Pourrait-il valoir la peine de voyager dans les provinces avoisinantes pour profiter d’une législation plus laxiste ? Pas vraiment, mais quand même : il est à noter qu’en Nouvelle-Écosse et au Québec, la consommation de cannabis est autorisée à l’extérieur du domicile. Dans ces deux provinces, les règles encadrant la consommation de cannabis s’alignent en effet sur la loi régulant l’usage du tabac dans les lieux publics, à quelques détails près. Il est donc possible, par endroits, de fumer du pot dans la rue.

En outre, pour les cultivateurs amateurs, le Québec est à déconseiller : des cinq provinces mentionnées plus haut, elle est la seule à interdire toute culture de cannabis à des fins personnelles. Quant aux jeunes désireux d’essayer, ils doivent, partout, attendre d’avoir 19 ans.


En bref : la loi à Terre-Neuve-et-Labrador

Qui peut utiliser du cannabis ?

Tous les adultes de plus de 19 ans.

Où consommer du cannabis ?

Chez soi. La consommation de cannabis est interdite dans les lieux publics et dans les véhicules.

Où acheter du cannabis ?

Chez des vendeurs privés disposant d’une licence, ou dans le magasin en ligne de NL Liquor Corporation (www.shopcannabisnl.com). Il reste illégal d’en acheter ailleurs.

Combien peut-on en avoir sur soi ?

Maximum 30 grammes dans les lieux publics.

Peut-on cultiver du cannabis ?

Oui. Quatre plants maximum par résidence.

Peut-on vendre le cannabis qu’on a cultivé ?

Non. Seules les entreprises disposant d’une licence sont autorisées à vendre du cannabis. Pour les autres, vendre du cannabis reste illégal.

Peut-on conduire alors qu’on a consommé du cannabis ?

Au volant, c’est tolérance zéro pour les moins de 22 ans, pour les nouveaux conducteurs et pour les conducteurs de véhicules commerciaux. Les autres conducteurs n’ont pas le droit de conduire avec facultés affaiblies, que ce soit dû au cannabis, à l’alcool ou à d’autres drogues.

Où trouver plus d’informations ?

Sur le site du gouvernement provincial : www.gov.nl.ca/cannabis/ (en anglais)

Sur le site de Cannabis NL, filiale de la NLC : http://www.shopcannabisnl.com/ (en anglais)