De gauche à droite, Karen Jans, directrice de l’unité de gestion de l’Î.-P.-É. de Parcs Canada, Dr. Ed MacDonald de l’Université de l’Î.-P.-É., Jessie Inman, présidente directrice générale du Centre des arts de la Confédération, Don MacKenzie, directeur général de la Confédération Mi’kmaq de l’Î.-P.-É. et Sean Casey, secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien et député de Charlottetown.
De gauche à droite, Karen Jans, directrice de l’unité de gestion de l’Î.-P.-É. de Parcs Canada, Dr. Ed MacDonald de l’Université de l’Î.-P.-É., Jessie Inman, présidente directrice générale du Centre des arts de la Confédération, Don MacKenzie, directeur général de la Confédération Mi’kmaq de l’Î.-P.-É. et Sean Casey, secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien et député de Charlottetown.

L’importance historique des conférences de Charlottetown et Québec est reconnue

Jacinthe Laforest
Jacinthe Laforest
La Voix acadienne
L’importance historique nationale des conférences de Charlottetown et de Québec de 1864 est désormais reconnue par le gouvernement du Canada, sur une recommandation de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Le 11 octobre, des invités ont procédé au dévoilement de plaques commémoratives, lors de cérémonies qui se sont produites simultanément à Québec et à Charlottetown. Ces plaques, écrites dans les deux langues officielles du Canada, seront installées aussitôt que ce sera possible dans les lieux appropriés. Les travaux qui se poursuivront à Province House jusqu’en 2020 retarderont certainement l’installation permanente de la plaque à Charlottetown.

Les conférences de Charlottetown et de Québec de 1864 sont deux grandes rencontres qui ont réuni d’influents dirigeants politiques de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Province du Canada (Ontario et Québec), de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve et du Nouveau-Brunswick afin de délibérer sur le projet d’une union fédérale.


Hyperlien vers le site de La Voix acadienne : Lire la suite…