La présidente de la Société nationale de l’Acadie, Louise Imbeault
La présidente de la Société nationale de l’Acadie, Louise Imbeault

Moins de 10 % du contenu national consacré aux autres provinces : Radio-Canada devant le CRTC : le Canada français s’attend à mieux

Marc Poirier, chroniqueur
Marc Poirier, chroniqueur
Francopresse
FRANCOPRESSE — Quand un organisme comme la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada propose que le diffuseur public crée un deuxième centre de production au pays, c’est que l’insatisfaction est grande.

Pour le président de la FCFA, Jean Johnson, c’est un constat d’échec envers Radio-Canada. «On souhaite qu’un jour, ils se réveillent. On doit sortir une partie de la programmation et l’installer ailleurs pour que ce soit un reflet de nos communautés, pour avoir un contenu pancanadien.»

L’idée d’un deuxième centre de production ailleurs qu’au Québec est l’une des recommandations principales de la FCFA du Canada incluses dans son mémoire sur le renouvèlement les licences de Radio-Canada et de CBC remis au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

La Société nationale de l’Acadie (SNA), qui a également envoyé un mémoire au CRTC, prône elle aussi une décentralisation de la production de Radio-Canada, jugée beaucoup trop centrée sur le Québec. Selon la présidente, Louise Imbeault, il y a différents moyens pour atteindre ce but. «Pourquoi tous les recherchistes pour les émissions du réseau sont à Montréal? Pourquoi il n’y a pas de recherchistes dans les régions?»

De la parole aux actes

Ce n’est pas d’hier que les francophones de l’extérieur du Québec dénoncent le peu de place qu’ils occupent dans la programmation nationale de Radio-Canada. Les dirigeants de l’institution se sont souvent engagés à améliorer la situation. Louise Imbeault estime qu’il est grand temps que l’on passe des paroles aux actes. «Radio-Canada, par l’entremise de ses chefs, de ses leadeurs et gestionnaires, a pris l’engagement d’un meilleur reflet des régions, une participation des régions. Il faut que ces engagements-là soient assumés par le personnel en ondes ou sur le web. C’est là où les changements doivent s’effectuer.»

D’un côté comme de l’autre, les deux organismes soulignent qu’il n’est pas question de ne pas approuver le renouvèlement de la licence de Radio-Canada.

«Radio-Canada est une institution importante pour les francophones du pays, notamment pour les Acadiens et les Acadiennes, précise Louise Imbeault. On ne pourrait pas se donner un moyen de communication de cette envergure-là seulement en s’appuyant sur les entreprises privées ou communautaires. Pour nous, c’est essentiel. Si on n’avait pas cette institution-là, il faudrait l’inventer. Donc, les commentaires qu’on fait sur Radio-Canada ne portent pas sur l’essentiel même de Radio-Canada, mais sur sa façon de répondre aux exigences.»


Un fraction du contenu consacré aux autres provinces

Dans le cadre de son argumentaire au CRTC, la FCFA a mené une petite enquête sur différents contenus de Radio-Canada. Elle a remis les résultats au CRTC, en même temps que son mémoire.

Quelques exemples de répartition du contenu :

  • Cinq radiojournaux du midi (13 h dans les Maritimes) : 47 % — Québec; 25 % — international; 22 % — national/fédéral; 6 % — Canada, extérieur du Québec.
  • Cinq éditions de Midi info (radio) : 37 % — Québec; 31 % — national/fédéral; 30 % — international; 2 % — Canada, extérieur du Québec.
  • Cinq éditions de 24/60 (RDI) : 41 % — Québec; 34 % — international; 25 % — national/fédéral; 0,25 % — Canada, extérieur du Québec (0,5 minute sur 200 minutes).
  • Site internet (vérifié à 9 h pendant cinq jours) : 40 % — international (12 textes); 30 % — Québec (9 textes); 23 % — national/international (7 textes); 7 % — Canada, extérieur du Québec (2 textes).

Cette piètre présence de la réalité de la francophonie canadienne de l’extérieur du Québec désole Jean Johnson. «Je trouve ça très décevant qu’en 2020, on n’a pas réussi à faire plus de progrès que ça. Nous on veut que le citoyen québécois, que la société civile québécoise, on veut qu’elle nous connaisse. Mais si on ne parle pas de nous, ils ne nous ne connaitront pas.»


Pour l’ensemble du pays

Louise Imbeault amène la réflexion plus loin.

«On dit qu’il faut que Radio-Canada reflète l’ensemble du pays. Pas seulement l’ensemble des francophones, mais l’ensemble du pays. Les francophones sont des citoyens de l’ensemble du Canada. Et les Québécois aussi. Il n’y a rien qui nous prouve que les Québécois ne sont pas intéressés par ce qui se passe ailleurs : ils le savent pas. On leur dit pas.»

Dans un courriel, Radio-Canada a répondu à notre demande d’entrevue par une courte réplique : «Nous sommes heureux de voir les Canadiens s’engager dans le processus mené par le CRTC. Nous sommes enthousiastes à l’idée de poursuivre le processus en passant à l’étape suivante.»

C’est à compter du 25 mai à Ottawa que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes tiendra ses audiences sur les licences de Radio-Canada et CBC qui viennent à échéance le 31 aout prochain. Le dernier renouvèlement des licences date de 2013.