Les médias communautaires ne sont pas mentionnés dans le document de réforme de la ministre Joly, une situation qui préoccupe certains intervenants du milieu et les partis d’opposition à Ottawa.
Les médias communautaires ne sont pas mentionnés dans le document de réforme de la ministre Joly, une situation qui préoccupe certains intervenants du milieu et les partis d’opposition à Ottawa.

Les médias communautaires, grands oubliés de la réforme des langues officielles?

Bruno Cournoyer Paquin
Bruno Cournoyer Paquin
Francopresse
FRANCOPRESSE – Dix-sept. C’est le nombre de fois que CBC/Radio-Canada est mentionnée dans le document de réforme des langues officielles présenté par la ministre Mélanie Joly en février dernier. Les médias communautaires, eux : zéro. Une situation qui préoccupe certains intervenants du milieu et les partis d’opposition à Ottawa.

«C’est certainement une déception de voir qu’on ne se retrouve pas [dans le document de réforme des langues officielles], parce qu’on n’est pas Radio-Canada, on n’est pas une institution, un mouvement associatif. Alors, c’est une surprise d’une part, et c’est une déception forcément», se désole Francis Sonier, président de l’Association de la presse francophone (APF). [La salle de rédaction de Francopresse est indépendante de l’APF, NDLR].

Un sentiment que partage François Côté, directeur général de l’Alliance des radios communautaires du Canada (ARC du Canada). «Lors de notre analyse préliminaire du document, notre constat est assez simple, c’est bien sûr l’absence de nos 105 médias [communautaires]. Nos médias que ne se retrouvent pas dans ce livre blanc là.»

Les médias en question sont ceux représentés par le Consortium des médias communautaires de langue officielle en situation minoritaire, dont font partie Quebec Community Newspapers Association (QCNA), English-Language Art Network (ELAN), l’ARC du Canada et l’APF.

François Côté, directeur général de l’Alliance des radios communautaires du Canada (ARC du Canada).

Un rapport d’étape

David Larose, responsable des relations avec les médias à Patrimoine canadien, souligne par courriel que «dans la réforme [des langues officielles], le gouvernement du Canada a reconnu qu’il doit toujours protéger et appuyer les institutions clés des communautés de langue officielle en situation minoritaire pour soutenir leur vitalité et concrétiser les engagements énoncés dans la partie VII de la Loi».

«Le soutien aux médias communautaires en vertu de la Loi se déploie à travers le cadre du Plan d’action pour les langues officielles» qui prévoit 10 millions $ pour les médias communautaires de 2018 à 2023, précise David Larose

Francis Sonier et François Côté se consolent en rappelant que le document présenté la semaine dernière est un «livre blanc», un rapport d’étape, et non un projet de loi.


« On se dit qu’il y aura surement moyen de changer le texte et de se retrouver enfin dans ce projet-là. »
Francis Sonier, président de l’Association de la presse francophone

«Ça nous a permis de travailler avec le bureau de la ministre, et c’est ce qu’on a fait, on a immédiatement appelé le bureau de la ministre. On a eu des échanges avec le bureau de la ministre Joly, et on a fait part de notre constat après la lecture de ce livre blanc», souligne François Côté.

Francis Sonier fait la même observation : «On a déjà amorcé des discussions avec le bureau de la ministre Joly et ce qu’on a découvert, c’est qu’il y a une bonne écoute, d’une part. Il semble y avoir de l’ouverture.»

À lire aussi : Réforme des langues officielles : «Le diable est dans les détails»

Francis Sonier, président de l’Association de la presse francophone (APF).

Quelle place pour les médias communautaires?

Dans le document de réforme des langues officielles, on attribue à Radio-Canada les capacités de protéger, promouvoir et favoriser l’apprentissage des deux langues officielles, ainsi que de contribuer au rayonnement du français et d’être un vecteur de culture francophone.

«On reconnait l’importance de Radio-Canada, mais les 105 médias communautaires dans les milieux minoritaires anglophone et francophone partout au pays font un travail colossal sur le terrain pour amener les gens à consommer de l’information et se divertir en français», explique Francis Sonier.

Pour François Côté, les médias communautaires «c’est bien sûr un service d’intérêt public, c’est souvent un des premiers services dans leur communauté aussi.»


« Radio-Canada ne fait pas du local, Radio-Canada est plus au niveau national et régional, alors que nous, on est vraiment des médias de proximité, des médias de communauté. »
François Côté, directeur général de l’Alliance des radios communautaires du Canada

David Larose, à Patrimoine canadien, souligne que «bien que CBC/Radio-Canada et les médias communautaires diffèrent de par leur mission, il est évident que les médias communautaires sont cruciaux pour donner une voix aux communautés de langue officielle en situation minoritaire».

Lors des audiences du CRTC sur le renouvèlement de licence de Radio-Canada, plusieurs intervenants des communautés francophones en situation minoritaire ont soutenu ne pas se reconnaitre dans la couverture de Radio-Canada.

Or, explique François Côté, «c’est déjà ce qu’on fait. Le mandat d’un média de communauté, c’est exactement ça : c’est de refléter leur communauté. Il faut que les gens puissent se reconnaitre dans leur radio, se reconnaitre dans leur journal, c’est pour ça qu’on est là».

Pour Francis Sonier, à l’APF, «les médias communautaires ont un rôle extrêmement important eux aussi au niveau de la promotion de la langue française et de la culture francophone. C’est dans ce sens que les médias communautaires doivent avoir leur place et être reconnus quelque part dans [le] projet de loi».

Dans un mémoire présenté au Comité permanent du Sénat sur les langues officielles en 2018, le Consortium des médias communautaires de langue officielle en situation minoritaire proposait plusieurs pistes de solution pour soutenir les radios et les journaux en situation minoritaire.

Il revendiquait entre autres que les médias communautaires soient explicitement nommés dans un plan d’action pour les langues officielles qui serait inscrit dans la Loi sur les langues officielles.

Le Consortium proposait aussi que la Loi reconnaisse explicitement la place des médias communautaires dans le plan de communication des organismes fédéraux.

Des inquiétudes du côté de l’opposition à Ottawa

Pour Alain Rayes, porte-parole du Parti conservateur pour les langues officielles, le cas des médias communautaires dans le document de réforme des langues officielles «est une omission qui est importante, et je rajouterais en plus que c’est un document de travail qui n’a aucune force de loi. C’est quand on va voir un vrai projet de loi qu’on va savoir quelles sont les véritables intentions de ce gouvernement, de ce qu’il veut mettre à l’avant-plan».

Alain Rayes, député de Richmond-Arthabaska et porte-parole du PCC pour les langues officielles.

Alexandre Boulerice, le chef adjoint et porte-parole sur les langues officielles du NPD, y voit «une erreur de la part de la ministre Joly ou de son équipe, parce que quand on parle de soutenir les communautés francophones minoritaires ou de la vitalité des communautés francophones, on ne peut pas passer à côté des médias, et notamment des médias communautaires.»


« Dans certains endroits, l’hebdo local ou régional peut être parfois le seul, à part Radio-Canada, le seul média qui va, en français, parler des activités de la communauté, des activités locales, des enjeux des entreprises, des écoles, etc. Donc ça fait vraiment partie de la vie. »
Alexandre Boulerice, chef adjoint du NPD, porte-parole pour les langues officielles et député de Rosemont – La Petite-Patrie

Le député de Rosemont – La Petite-Patrie rappelle aussi que les médias communautaires sont d’autant plus vulnérables que la situation est difficile pour l’ensemble des médias. Les dernières années ont vu des suppressions de postes de journalistes et même la fermeture de plusieurs salles de nouvelles.

Alexandre Boulerice, chef adjoint du NPD, porte-parole pour les langues officielles et député de Rosemont – La Petite-Patrie.

Selon Alexandre Boulerice, le gouvernement pourrait en faire davantage. «Dans le cadre de la Loi sur les langues officielles, ou peut-être [à travers] un autre ministère comme Patrimoine [canadien], il pourrait y avoir une aide spécifique et distincte pour ces médias francophones en situation minoritaire.»

Mais, pour le député néodémocrate, le gouvernement doit accélérer le processus pour assurer que les géants du Web, qui diffusent du contenu journalistique, compensent les médias financièrement pour l’utilisation de leur contenu.

De son côté, le conservateur Alain Rayes observe l’ironie que «la ministre [Joly] parle de CBC/Radio-Canada comme d’une institution phare pour l’épanouissement des minorités francophones et anglophones au pays», mais que le projet de loi C-10 sur la radiodiffusion, présentement à l’étude en comité parlementaire, exclue toute mention du rôle de Radio-Canada.

«Et tous les porte-paroles des différents organismes au pays reconnaissent qu’aucune mention n’est faite dans le projet de loi [C-10] pour protéger le contenu francophone, que ce soit pour les nouveaux joueurs ou les nouveaux acteurs numériques», rappelle Alain Rayes.

À ses yeux, la démarche du gouvernement en matière de langues officielles manque de cohérence : les ministres «ne se parlent pas entre eux», on constate de «l’improvisation».

«Donc, quand la ministre nous dit que c’est important et qu’elle dépose une réforme au lieu de déposer un projet de loi […] ça démontre que c’est de l’improvisation, que ça a été fait à la dernière minute pour essayer de gagner du temps encore jusqu’à l’élection», conclut le député de Richmond – Arthabaska.