Le comte Charles-Eugène Carbonneau, une poupée créée par la Franco-Yukonaise Josée Fortin
Le comte Charles-Eugène Carbonneau, une poupée créée par la Franco-Yukonaise Josée Fortin

Les ainés soulignent les 50 ans des langues officielles

André Magny
André Magny
Francopresse
Le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles ne fait pas couler juste de l’encre. Il sera aussi prétexte pour souligner, le 31 octobre, les multiples talents de ceux qui sont au moins nés en 1969!

«On était vraiment excités!» C’est la réaction de Delores Boudreau, la compositrice-interprète de la Nouvelle-Écosse et de ses deux autres collègues quand ils ont su qu’ils participeraient à la journée Célébrons le talent de nos 50 ans et plus, qui se déroulera à Ottawa, au Centre des Arts Shenkman. Avec Jeannot Chiasson et Gilles Larade, le trio présentera ses propres compositions ainsi qu’une chanson de Zachary Richard et une pièce traditionnelle du folklore acadien.

Delores Boudreau, qui a deux disques à son actif, lance sur un ton enjoué que le folk en Nouvelle-Écosse, et en particulier au Cap-Breton, «c’est toutes sortes d’affaires», autant du bluegrass que du country avec des chansons qui feront autant rire que pleurer.

Cette chance de faire connaitre leur matériel à l’extérieur de leur communauté, le trio la doit à la Fédération des ainées et ainés francophones du Canada (FAAFC) et à ses associations membres, qui ont choisi les participants à cette célébration des ainés, mais aussi de la francophonie minoritaire. Toutes les régions seront représentées. Il y avait eu une première édition en 2017, au moment de la célébration du 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

Poupée François-Xavier Mercier par Cécile Girard

C’est ainsi que l’artiste Cécile Girard, du Yukon, présentera par vidéoclip le projet «De fil en histoires : les personnages d’un territoire», une production de 21 poupées de 30 cm réalisées par 19 femmes de Whitehorse et Dawson. Ces poupées en laine ou en lin avec des accessoires de cuir illustrent des personnages, qui ont marqué l’histoire du Yukon. «C’est un honneur pour moi», dit Cécile Girard, la responsable du projet, à propos de son passage à Orléans. «Nous sommes comme des émissaires historiques.»

Outre la Nouvelle-Écosse et le Yukon, on pourra également entendre notamment la chorale franco-ontarienne Jeunes de cœur ou encore écouter les mots de l’auteur fransaskois André Roy avec sa pièce Il était une fois Delmas, Sask… mais pas deux fois. Il y aura également des expositions de peinture et de courtepointes, des conteurs acadiens et même un monologue mettant en scène les mots de la mère de Gabrielle Roy.

 

Reconnaissance

«Pouvoir se présenter sur une scène nationale, c’est très valorisant», assure le directeur général de la FAAFC, Jean-Luc Racine. Contrairement à 2017, il y aura même une répétition générale! Les artistes profiteront ainsi pleinement des installations haut de gamme du Centre Shenkman.

Jean-Luc Racine ajoute que la journée du 31 octobre sera également l’occasion pour ces artistes de dépasser le cercle de leur communauté. Le passage d’André Roy, par exemple, lors de l’édition de 2017, lui a permis de faire une tournée au Canada avec sa pièce.

Pour l’occasion, histoire de joindre encore plus de gens, il y aura «un montage de la journée, qui sera par la suite diffusé en ligne», mentionne M. Racine. Ce sera aussi l’occasion de démontrer aux cinquantenaires une forme de reconnaissance à l’égard de ce qui fut leur contribution au fil des ans.