La présidente Sheila Risbud de l’association porte-parole de la francophonie en Alberta s’exprime sur la mise à jour de la Politique en matière de francophonie dévoilée par le gouvernement conservateur provincial.
La présidente Sheila Risbud de l’association porte-parole de la francophonie en Alberta s’exprime sur la mise à jour de la Politique en matière de francophonie dévoilée par le gouvernement conservateur provincial.

Le plan d’action en francophonie de l’Alberta «manque la cible» selon l’ACFA

Geoffrey Gaye
Le Franco
LE FRANCO (Alberta) – Le jeudi 29 octobre, le gouvernement provincial conservateur a publié son Plan d’action 2020-2023 de la Politique en matière de francophonie. Cette dernière avait été créée pour la première fois en Alberta en 2017 par le gouvernement néodémocrate. Contactée par Le Franco, la présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta y réagit. Elle salue «certaines avancées», mais déclare qu’il ne s’agit pas d’un plan d’action «qui va vraiment poser des gestes qui vont aider la francophonie albertaine».

Jeudi, 14 h 40, l’information tombe sur Twitter : Leela Aheer, ministre de la Culture, du Multiculturalisme et de la Condition féminine publie une vidéo sur son compte. Celle qui est également responsable du Secrétariat francophone apparait en 2 minutes et 48 secondes pour promouvoir le Plan d’action 2020-2023 de son gouvernement.

«Aujourd’hui, nous sommes ravis de dévoiler le Plan d’action de 2020-2023 de la Politique en matière de la francophonie», dit-elle, face à la caméra, dans une langue de Molière apprise il y a environ un an. 

Derrière elle, un drapeau franco-albertain et une ceinture fléchée, emblème officiel de la francophonie albertaine depuis février 2019, sont exposés sur une étagère. La ministre sourit, tout comme Laila Goodridge, secrétaire parlementaire à la francophonie et Tyler Shandro, ministre de la Santé, qui ont participé au tournage. Musique entrainante et photographies des intervenants entourés d’enfants francophones rythment la communication.

L’Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) a été surprise par le dévoilement de ce plan d’action. «On nous avait dit que ce document était prêt, mais nous n’avons pas eu de préavis sur sa publication», dit Sheila Risbud, tout en interrogeant le calendrier «quelques jours après la sortie de Mélanie Joly sur le Campus Saint-Jean. Ce n’est pas un hasard». 

Elle explique que l’ACFA n’a pris part qu’à une seule réunion du comité consultatif en matière de francophonie pour élaborer ce plan d’action.