Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney.
Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney.

La francophonie de l’Ouest menacée : «Sauvons Saint-Jean!»

Geoffrey Gaye
Le Franco
LE FRANCO (Alberta) – Qu’importe la pandémie. Ce mercredi 13 mai, l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), soutenue par plusieurs associations, est partie en croisade pour défendre la francophonie à travers le Campus Saint-Jean (CSJ). D’importantes coupes budgétaires menacent ce seul lieu permettant des études universitaires en français dans l’Ouest canadien.

«On parle de rassembler et de rallier», soutient Isabelle Laurin, qui chapeaute le projet comme directrice de l’ACFA. Les coupes budgétaires entreprises par le gouvernement provincial menaceraient 44 % des cours de la Faculté Saint-Jean, rattachée à l’Université de l’Alberta. «On touche au cœur de notre communauté», ajoute-t-elle.

«On a épuisé nos ressources politiques», raconte Sheila Risbud, présidente de l’association porte-parole de la francophonie albertaine. Elle a rencontré plusieurs dirigeants politiques ces derniers mois : Leela Aheer, ministre responsable de la Francophonie ; Demetrios Nicolaides, ministre de l’Éducation supérieure et Laila Goodridge, secrétaire parlementaire de la francophonie.

«On a proposé des solutions et on n’a pas eu de réponse d’engagement. Donc on a jugé que la communauté franco-albertaine et les autres au Canada doivent être conscientisées aux enjeux», illustre la présidente de l’ACFA.

En février, Sheila Risbud avait rencontré Mélanie Joly, ministre fédérale du Développement économique et des Langues officielles, pour évoquer la situation du Campus.

Doléances dans la boite courriel de Jason Kenney

L’initiative Sauvons Saint-Jean prévoit plusieurs actions. Premièrement, elle appelle toutes les personnes sensibles au sort du Campus à envoyer une lettre au premier ministre albertain, Jason Kenney, et à Demetrios Nicolaides, ministre de l’Enseignement supérieur.

Des lettres préécrites sont disponibles sur le site de l’ACFA. En quelques clics, elles peuvent être personnalisées par un paragraphe afin de partager son expérience personnelle en lien avec le CSJ ou témoigner de l’importance que revêt cette institution.

«J’invite donc tous les jeunes à se joindre à cette campagne et à faire du bruit sur les médias sociaux. C’est de notre présent et de notre avenir qu’il est question!» a déclaré Sympa César, président de Francophonie jeunesse de l’Alberta (FJA), sur la page Facebook de l’organisme.

La FJA s’est engagée à lancer une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux.

Dans un troisième temps, l’ACFA proposera une série de rencontres citoyennes en ligne pour recueillir les souhaits de la communauté concernant l’avenir du Campus, créé en 1906 par les pères Oblats, devenu faculté de l’Université de l’Alberta en 1977.

Pour ses consultations, l’association s’appuiera notamment sur le soutien du chapitre albertain de Canadian Parents for French (CPF Alberta). «Les étudiants de français langue seconde de l’Alberta n’auraient pas les mêmes opportunités de devenir des membres actifs et prospères de l’économie albertaine et mondiale sans le Campus Saint-Jean», a déclaré la présidente de l’organisme, Victoria Wishart.

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Le Franco