École canadienne-française de Saskatoon, pavillon Gustave-Dubois.
École canadienne-française de Saskatoon, pavillon Gustave-Dubois.

Janie Moyen, habitée par la flamme fransaskoise

Leslie Diaz
L'Eau vive
L’EAU VIVE (Saskatchewan) – Une bourse d’études se mérite, récompensant les résultats scolaires, les performances sportives et artistiques, mais aussi l’engagement associatif et communautaire. C’est le cas de Janie Moyen, récemment diplômée de l’École canadienne-française de Saskatoon, seule Fransaskoise à avoir reçu la bourse «Jeunes engagés» de la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF) pour son engagement bénévole impressionnant.

«J’ai reçu cette bourse parce qu’elle vise à récompenser et à encourager les jeunes de 18 à 25 ans qui continuent leurs études postsecondaires en français ainsi que leur engagement communautaire, civique, provincial ou national», indique la lauréate de 18 ans.

Offerte en collaboration avec l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC), la bourse d’un montant de 2 000 dollars vise à récompenser l’engagement bénévole de jeunes Canadiens d’expression française. Elle valorise aussi la participation citoyenne chez les jeunes de 25 ans et moins, en plus d’encourager la persévérance scolaire dans un établissement postsecondaire membre de l’ACUFC.

Janie Moyen, lors du Heritage Festival de Saskatoon en février 2020.

Engagée pour sa communauté

C’est le 17 juillet que Janie Moyen a su qu’elle obtenait sa bourse. Seule Fransaskoise à avoir postulé, c’est la liste étonnante de ses engagements qui a su faire la différence parmi tous les candidats au Canada : «Je suis membre de plusieurs comités, d’organisations et d’associations. Je suis engagée dans l’Association jeunesse fransaskoise (AJF), conseillère régionale au Conseil canadien des jeunes féministes de la sénatrice McPhedran et pour Santé Canada concernant leur campagne antitabagisme et antivapotage», explique la jeune femme.

Et la liste ne s’arrête pas là : «Enfin, je suis agente de communication bénévole pour Jeunesse pour notre planète et je travaille avec l’Association de débat et d’élocution de la Saskatchewan sur leur programmation francophone.»

Ayant la francophonie à cœur, la jeune Fransaskoise est animée par le désir d’aller à la rencontre des gens et d’être une voix pour sa communauté. «Au début, c’était l’opportunité de voyager qui m’attirait le plus. Puis, au fil de mes voyages et de mes rencontres, j’ai réalisé que j’apprenais et que je représentais ma communauté sans m’en apercevoir, tout en ayant la chance de parcourir le Canada», confie-t-elle.

Janie Moyen souhaite de tout cœur que les jeunes francophones en situation minoritaire prennent conscience de l’impact qu’ils peuvent avoir dans la francophonie canadienne :


« Je perçois la jeunesse fransaskoise comme une force qui ne sait pas qu’elle en est une. On ne voit souvent pas les opportunités qui sont sous notre nez parce qu’on n’est pas habitué à se faire valoriser dans une province à majorité anglophone. »
Janie Moyen, récipiendaire de la bourse «Jeunes engagés» de la FJCF