Suzanne Houde devant un comptoir vide, une réelle métaphore selon elle.
Suzanne Houde devant un comptoir vide, une réelle métaphore selon elle.

Femmes ténoises : Malade, mais pas soignée en français

Oscar Aguirre
L'Aquilon
L’AQUILON (Territoires du Nord-Ouest) – Suzanne Houde est née à Giffard, une petite municipalité du Québec qui en 1976 devient le quartier Beauport (arrondissement de Québec qui se trouve au bord du fleuve Saint Laurent). Elle va à l’école à Loretteville, à côté de la réserve Wendake, chef-lieu de la nation huronne-wendat.

À l’école, dans laquelle elle excelle dans la sémantique de la langue française, elle aime partager avec ses amies et sa famille des histoires et des légendes. C’est à Québec qu’elle commence des études d’infirmière, discipline qu’elle abandonne avant d’être certifiée, pour devenir coiffeuse et gardienne d’enfants. En 1987, elle épouse André Légaré. Ils vivront dix ans dans plusieurs villes de l’Ontario et du Québec avant d’arriver aux Territoires du Nord-Ouest et s’installer à Yellowknife en 1997.

Suzanne Houde ouvre une garderie à la maison et tombe en amour avec la ville de Yellowknife et la nature nordique qui se développe sur le roc précambrien. À cette époque, un groupe de francophones revendique leur droit de vivre en français auprès de législateurs et de bureaucrates du gouvernement ténois qui résiste à la pleine application de la Loi sur les langues officielles du Canada. Une situation qui rappelle à Suzanne Houde, les récits qu’elle avait entendus dans son enfance sur les évènements historiques antérieurs à la Révolution tranquille. Une situation qui pèse profondément sur son unilinguisme francophone.