Des animateurs costumés travaillent dans le jardin de la maison du régisseur. Lieu historique national de Lower Fort Garry.
Des animateurs costumés travaillent dans le jardin de la maison du régisseur. Lieu historique national de Lower Fort Garry.

La quête de l’autosuffisance : le potager, de la traite des fourrures à la COVID-19

FRANCOPRESSE – En temps de crise, la culture de potagers gagne en popularité. Guerres mondiales, crise économique des années 1930, COVID-19 ; le potager s’est souvent fait symbole de résilience et de sécurité alimentaire. Dans cette même optique, les potagers ont joué un rôle fondamental dans l’établissement des Européens au Canada. La Compagnie de la Baie d’Hudson vous en passe un papier.

Malgré un déclin avec l’industrialisation et l’urbanisation, le jardin potager reprend de la vigueur ici et là. Cet été de COVID-19 en est un bon exemple : les centres de jardinage ont été pris d’assaut, comme si la crise nous rappelait que l’humain a longtemps été — et reste encore, à bien des endroits — en quête de sécurité alimentaire.

À l’époque de l’établissement des Européens au Canada, dans les forêts, l’autosuffisance se trouvait au cœur des préoccupations quotidiennes. Déjà, les Autochtones pratiquaient la cueillette de plantes et cultivaient les Trois Sœurs (le maïs, le haricot et la courge). À son tour, Samuel de Champlain est parti à la recherche de terres cultivables dans l’espoir de fonder une Nouvelle-France.

Puis, avec l’implantation de postes de traite à des jours de canot de la vallée du Saint-Laurent, la Compagnie de la Baie d’Hudson s’est tournée vers les jardins potagers communautaires pour assurer, à moindre cout, la sécurité alimentaire de ses officiers.

Deux animateurs en costume d’époque s’occupent des potagers de la maison de la Plagne, au lieu historique national de la Forteresse-de-Louisbourg.

S’adapter : pratiques nord-américaines et premiers potagers

Les pratiques agricoles existaient déjà dans le Nouveau Monde où les Européens mettaient le pied. Les Iroquoiens et les Wendats avaient domestiqué le maïs et le cultivaient jusqu’au Manitoba. Les premiers peuples procédaient aussi à la cueillette de riz, de noix, de fruits, de racines, de champignons et de petits fruits, et tout un travail d’entretien des plants sauvages précédait la récolte.

Au contact, les Autochtones ont fait découvrir aux Européens les produits indigènes comme le maïs, le cèdre blanc — passé à l’histoire pour avoir sauvé une partie de l’équipage de Jacques Cartier du scorbut —, le topinambour, les haricots et les courges.

Les Français vont adopter quelques-uns de ces légumes, fruits et plantes. Champlain importe à l’Abitation de Québec les trois sœurs qu’il a découvertes chez les Wendats, et avant lui, Jacques Cartier avait prévu intégrer fèves et pois à ses potagers à la française dans son établissement éphémère de Cap-Rouge.

Bien que les Autochtones aient prodigué de précieux conseils, les connaissances locales s’intègrent difficilement chez les nouveaux venus. Dès qu’ils le peuvent, les Européens, l’élite française notamment, reviennent à leurs habitudes alimentaires et à leurs graines importées du vieux continent.

Des enfants apprennent à entretenir un jardin avec un jardinier de Louisbourg au jardin De Ganne, lieu historique national de la Forteresse-de-Louisbourg.

Et de la colonisation au commerce des fourrures, des Anglais fondent la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH) en 1670. Afin de mener ses activités commerciales, l’entreprise doit poursuivre sa percée vers les réservoirs de fourrures du continent.

Déjà, la concurrence entre Français et Anglais avait entrainé la construction et la prise de forts bien au-delà des basses terres du Saint-Laurent : les Européens avancent lentement sur le territoire, direction nord-ouest. L’expérience horticole européenne dans les terres du Nouveau Monde repose alors sur quelques décennies de présence permanente.

S’installer : le réservoir intérieur

Afin de limiter les dépenses (et d’éviter le scorbut) dans les postes éloignés, les dirigeants de la CBH préconisent la création de potagers. Les affaires vont bon train et le nombre d’officiers sur le terrain croît constamment, exerçant une pression sur la demande en provisions en provenance de la métropole.

Envoyer des denrées outre-Atlantique pour les employés et leurs familles nécessite cependant beaucoup d’espace de cale et se complexifie avec le développement du réseau dans les terres de la terre de Rupert, en plus de couter cher.

De l’Angleterre aux forts et aux postes aménagés le long des rivières, les semences, petites et légères, se transportent plus aisément. La Compagnie naissante prévoit déjà envoyer, dans son ravitaillement annuel, des semences de blé, de seigle, d’orge et d’avoine, puis de navets, de pois, de radis, de laitues, de moutarde et de chou.

Une animatrice en costume d’époque s’occupe des potagers de la maison de la Plagne, au lieu historique national de la Forteresse-de-Louisbourg.

Dans les forts, les échanges in situ vont au-delà des fourrures. Les Autochtones fournissent des savoirs, du gibier comme la viande de caribou, du riz sauvage, des baies sauvages, du maïs et du pemmican aux petites équipes qui veillent dans les forts de la CBH.

Le savoir-faire des Premières Nations, somme toute peu intégré dans la vallée du Saint-Laurent, fait son chemin chez les coureurs du continent, pour qui il représente la principale source d’approvisionnement. Les officiers ont la réputation d’être de piètres chasseurs, mais ils cueillent et pêchent (été comme hiver) grâce à la transmission des savoirs locaux.

Les premiers potagers jouent un rôle d’appoint et sont assez sommaires. Pendant la saison, le personnel voyage et trop peu d’officiers restent en place pour assurer l’entretien de grandes cultures.

Une carte du Canada avec les forts et les postes de traite. Cartographe : Ernest Voorhis, ministère de l’Intérieur, 1930.

Se nourrir : retourner la terre

La concurrence est forte dans le secteur des pelleteries. Le réseau de postes et de forts s’étend à vitesse accélérée de la baie d’Hudson et du lac Supérieur vers les Prairies à partir de 1774. Il y a toujours plus de bouches à nourrir, de plus en plus loin dans le continent.

Plusieurs forts font état de leurs récoltes, miraculeuses ou malchanceuses.

En cette fin de 18e siècle, la CBH mise sur l’agrandissement des espaces potagers et y voit dès l’ouverture de Cumberland House, premier poste construit dans un objectif d’avancement intérieur.

Des forts à vocation agricole, comme Fort Colvile (Washington, 1822), Fort Vancouver (Oregon, 1825) et Fort Garry (Manitoba, 1834) se multiplient dans l’imposant réseau pour devenir des centres d’approvisionnement.

Les jardins et le cottage Ross du lieu historique national de Lower Fort Garry.

Ailleurs dans le nord, la Compagnie mène des expériences : c’est qu’il faut du temps et du savoir-faire pour cultiver près des Rocheuses, sur les côtes du Labrador et aux Fourches de la rivière de la Paix, au 55e parallèle.

Survivre : le cas du Nord

Les premiers dirigeants londoniens de la Compagnie de la Baie d’Hudson ne doutent pas que les techniques agricoles européennes seront facilement importées dans les postes : la baie James et la baie d’Hudson partagent la latitude de l’Angleterre et de l’Écosse.

À leurs yeux, l’agriculture s’y pratiquera de la même façon et l’autosuffisance sera possible grâce à la chasse, à la pêche et à ces potagers. La Compagnie veut nourrir les officiers et leurs familles, mais finit par souhaiter rompre toute dépendance alimentaire envers les Autochtones, qui fournissent gibier et poisson aux commerçants.

La vue nord-est du York Factory au Manitoba, en 1878 : le jardin et l’entrepôt.

Comment faire, alors que le réseau commence à s’étendre au nord du 50e parallèle?

À cette latitude, le régime alimentaire des Autochtones repose beaucoup sur la chasse et la pêche ; la cueillette est moins courante que dans les contrées plus au sud.

D’est en ouest, la CBH mène des essais. Au Labrador, loin des côtes, on arrive à cultiver. À Fort Simpson, on récolte de l’orge, des pommes de terre, des navets, des carottes et des ognons. L’explorateur Robert Campbell fait sortir du sol yukonais des pommes de terre, laitues et légumes, tout en exprimant continuellement sa crainte de perdre les récoltes.

S’ajuster : surmonter les obstacles

Les défis climatiques forcent l’innovation. Dès 1820, on voit les premières serres apparaitre dans les Territoires du Nord-Ouest : des structures de moins de 100 pieds permettent d’envisager une récolte. Au Labrador, quelques décennies plus tard, une serre s’élève à North West River.

Les résultats entrainent une certaine sécurité. À Fort Selkirk, au 62e parallèle, et à York Factory, au 57e, d’autres moyens sont déployés au tournant du siècle. Dans un cas, on commence à couvrir les cultures. Dans l’autre, les platebandes surélevées donnent de bons résultats.

Malgré les efforts, les récoltes ne se trouvent pas à la table des officiers au quotidien ; les objectifs d’autosuffisance ne sont pas atteints. En 1855, tous les forts de la rivière La Paix souffrent de famine.

Les Autochtones, autrefois autosuffisants, voient quant à eux leur mode de vie transformé par la présence des postes et sont à leur tour devenus dépendants. Les centres de distribution et les échanges demeurent prépondérants dans l’alimentation des employés et des proches des postes et des forts.

Dans le nord de l’Ontario, en pleine forêt boréale, on trouve des vestiges des cuisines et des potagers des postes de traite. Ici, le poste de New Post.

La CBH n’aura pas été la seule à déployer des efforts en vue d’une sécurité alimentaire. Les autres compagnies de traite l’ont aussi fait, et avec succès, semble-t-il.

À long terme, pour la Compagnie de la Baie d’Hudson, les moyens d’arriver à l’autosuffisance, fort différents de ceux déployés par les Autochtones, n’auront pas porté fruit. Les facteurs sont multiples : contexte climatique, industrialisation, apparition de très grandes cultures, développement des moyens de transport figurent à la liste.

Au mieux, la culture de jardins potagers aura assuré une certaine sécurité alimentaire, toujours recherchée dans certaines communautés. La COVID-19 aura démontré que l’on n’est jamais très loin d’un retour au jardin.

Pour en savoir davantage :

Le sujet de la traite des fourrures peut se décliner en bien des angles. Commerce, colonisation, impérialisme, incidences sur les modes de vie en sont quelques exemples. Afin d’en savoir plus au sujet de la culture dans les postes de la Compagnie de la Baie d’Hudson, suivez ces pistes :

· Carol Martin, Cultiver son jardin au Canada. L’histoire du jardinage au Canada, Bibliothèque nationale du Canada, Ottawa, 1998.

· Patrimoine HBC, Les potagers de la Compagnie de la Baie d’Hudson

· Musée canadien de la Nouvelle-France, Vie quotidienne. Alimentation.

· Histoire Canada, Fractious Farming at the Fur Trade Posts

· Beverly Soloway, «“mus co shee” : Indigenous Plant Foods and Horticultural Imperialism in the Canadian Sub-Arctic», Bulletin canadien de l’histoire médicale, vol. 32 No2, 2015, p. 253-273.

Éducation

Un nouveau baccalauréat spécialisé en sciences intégrées des aliments, d’une durée de trois ans et orchestré en partenariat avec l’institut Le Cordon Bleu International, est désormais offert à l’Université d’Ottawa (UOttawa). Il s’agit de la première université canadienne à accueillir une école Cordon Bleu. La COVID-19 force toutefois le report du début des cours en anglais à septembre 2021, alors que les francophones devront attendront jusqu’en 2022.
Éducation

LE DROIT (Ontario) – Les conseils scolaires catholiques francophones de l’Ontario déplorent unanimement le fait d’avoir été «ignorés» par le gouvernement Ford dans les nouveaux investissements pour la construction et l’agrandissement d’écoles à travers la province. Dans la région, le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), dont plusieurs établissements débordent, se voit contraint de laisser sa douzaine de projets sur la table à dessin.
Grand Sudbury

LE VOYAGEUR (Sudbury) – Est-ce que les universités devraient rembourser ou diminuer les frais de scolarité des étudiants pendant la pandémie? Quand on écoute les histoires d’étudiants qui n’ont pas reçu les services auxquels ils auraient normalement eu droit, on pourrait croire que oui. Par contre, pour les universités, une telle mesure mettrait surement leur survie en péril.
Immersion

L’EAU VIVE (Saskatchewan) – Le tout premier programme d’immersion en Saskatchewan est apparu à Saskatoon en 1968. Regina a suivi un an plus tard avec l’ouverture d’une salle de classe regroupant 26 élèves à l’école St Pius X. Cinquante ans plus tard, ils sont plus de 16 500 à travers la province à se retrouver sur les bancs du programme qui fait de plus en plus d’adeptes.
Éducation

Liliane Gaudet, originaire d’Alsace en France, habite à l’Île-du-Prince-Édouard depuis près de 60 ans. L’épidémie de COVID-19 qui empêche les enfants d’aller à l’école lui rappelle des souvenirs du début des années 1940. Alors enfant à Strasbourg, elle avait dû faire le programme de toute l’année scolaire en trois mois, dans une autre langue. Elle estime que les enfants de l’Ile pourraient rattraper ce qu’ils ont manqué ce printemps, à condition de renoncer à une partie des vacances.
École communautaire citoyenne

Si tout va bien à la rentrée de septembre, le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) ira de l’avant avec un concept nouveau en Saskatchewan, mais qui a fait ses preuves dans d’autres provinces : l’école communautaire citoyenne.
Territoires du Nord-Ouest

IJL TERRITOIRES (Territoires du Nord-Ouest) – «Ce sera une institution de calibre internationale, et nous y mettrons les efforts nécessaires», a lancé le ministre de l’Éducation, R.J. Simpson, lors d’un échange avec le député de Yellowknife Nord, Rylund Johnson, en période de questions de l’Assemblée législative.
Francophonie

FRANCOPRESSE – Les universités francophones du pays misent sur l’inscription d’étudiants internationaux pour stimuler la vie en français et renflouer leurs coffres. Les mesures sanitaires imposées par les gouvernements fédéral et provinciaux affecteront directement les inscriptions pour la rentrée 2020.
Racisme systémique

L’EXPRESS (Toronto) – L’Association des communautés francophones de l’Ontario à Toronto (ACFO-Toronto) s’inquiète de «certains commentaires que nous entendons ces derniers mois» à propos de l’Université de l’Ontario français (UOF) quant à la transparence de son processus de recrutement et à la diversité culturelle au sein de son équipe de direction.
Francophonie

FRANCOPRESSE – Après les annonces de possibles compressions budgétaires par le gouvernement manitobain dans le budget de l’Université de Saint-Boniface et le cri d’alerte lancé par l’Acfas à la mi-mai, quel sort financier la pandémie actuelle réserve-t-elle aux universités francophones en milieu minoritaire au Canada?
Témoignage

Les écoles sont fermées en Ontario depuis le 14 mars. Une mère et sa fille, toutes deux enseignantes francophones dans des écoles publiques anglophones du Centre-Sud de la province, témoignent de leur expérience, l’une comme suppléante, l’autre «promue» au télétravail.
Éducation

LE VOYAGEUR (Sudbury) – Le passage à l’enseignement en ligne a été toute une transformation de l’apprentissage pour les élèves, mais aussi pour les enseignants. C’est devenu pour eux aussi l’occasion d’apprendre de nouvelles choses et une enseignante de 8e année de l’École publique Hanmer s’est donné comme objectif d’apprendre elle aussi une nouvelle chose par jour.
Visioconférence

L’EAU VIVE (Saskatchewan) – C’est sous le regard de 172 participants à travers le Canada que la docteure et optométriste Nathalie Renaud a donné une conférence en ligne ce 6 mai. Dans le cadre de la Miniécole de médecine de l’Université d’Ottawa, ce premier volet de la 24e édition s’est consacré entièrement au sens de la vue, présentant l’anatomie de l’œil et jetant les bases de la prévention des troubles de la vision.
Éducation

FRANCOPRESSE – L’Université de l’Ontario français (UOF) organisera son premier colloque étudiant cet été avant même d’accueillir des étudiants de premier cycle. Il sera virtuel et s’intéressera au monde après la COVID-19. Pour l’organisatrice Jade Boivin, le colloque servira à faire progresser la recherche en français, à créer des liens entre les chercheurs et à faire connaitre la nouvelle université.
Virage numérique

FRANCOPRESSE – La quasi-totalité des secteurs d’activités et de l’économie sont touchés par la crise de la COVID-19, soit en raison de fermetures, d’un ralentissement des opérations ou par d’autres adaptations forcées. C’est le cas des institutions postsecondaires : alors qu’au pays les écoles sont fermées et le resteront probablement pour le reste de l’année scolaire, plusieurs universités et collèges offrent à leurs étudiants des cours à distance pour pallier la fermeture des campus.
Arts oratoires

L’EAU VIVE (Saskatchewan) – Ving-deux jeunes francophones de l’Ouest canadien et deux du Québec ont participé les 7 et 8 février à la 3e édition du grand concours du Sommet des débats au Campus Saint-Jean à Edmonton. Organisée par les juristes d’expression française, la rencontre permet à la fois de développer l’aisance orale des jeunes et de les sensibiliser au milieu juridique.
Ontario

L’EXPRESS (Ontario) – C’est tout un parterre d’artisans et d’amis de l’Université de l’Ontario français (UOF) qui a participé ce mercredi 26 février, autour de la présidente Dyane Adam et de personnalités politiques, au dévoilement de son futur site au 2e étage du 9 Lower Jarvis au centre-ville de Toronto, presque au bord du lac Ontario.
Éducation

LE VOYAGEUR (Ontario) – Le professeur de philosophie Denis Hurtubise a analysé les inscriptions à l’Université Laurentienne de Sudbury, entre 2000 et 2018. Il se sert de son étude pour mettre en garde les dirigeants et les communautés francophones contre l’effritement insidieux du poids démographique.
Journalisme

INITIATIVE DE JOURNALISME LOCAL – APF (Saskatchewan) – Les inscriptions pour le programme de journalisme en français du Collège Mathieu sont finalement ouvertes. Jusqu’au 29 février, les candidats aspirant à devenir journaliste, rédacteur, recherchiste ou animateur peuvent soumettre leur dossier. Reposant sur un modèle novateur de collaboration entre médias et universités, le programme constituera la seule formation universitaire en journalisme en français à l’ouest de l’Ontario.
Ouest canadien

INITIATIVE DE JOURNALISME LOCAL – APF (Ouest) — Le 29 janvier, Adriana LaGrange, ministre albertaine de l’Éducation, présentait un rapport d’expert censé orienter la future réforme des programmes scolaires. Ce dernier ne fait aucune mention des perspectives francophones, ce qui inquiète la communauté. «Il semblerait que rien ne va changer», rassure la Fédération des Conseils Scolaires Francophones de l’Alberta (FCSFA) après avoir pris contact avec le Ministère.
Atlantique

LA VOIX ACADIENNE (Ile-du-Prince-Édouard) – Il y a seulement quelques mois, La Commission scolaire de langue française (CSLF) aurait pu décider de réviser l’ensemble de ses politiques, sans que personne le sache. En effet, bien que les réunions aient toujours été publiques, très peu de personnes y assistaient dans le passé. Puis, par souci de transparence, voici que les ordres du jour sont diffusés à l’avance, que des procès-verbaux sont rendus publics et que les réunions sont diffusées en direct sur Facebook, et qu’elles peuvent être visionnées en tout temps.