La démarche de l’ECC a pour objectif de mobiliser l’élève, le personnel de l’école, les parents et les divers partenaires en vue de les engager dans la vie politique, économique et socioculturelle de leur communauté francophone.
La démarche de l’ECC a pour objectif de mobiliser l’élève, le personnel de l’école, les parents et les divers partenaires en vue de les engager dans la vie politique, économique et socioculturelle de leur communauté francophone.

À vos pupitres, citoyens!

Si tout va bien à la rentrée de septembre, le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) ira de l’avant avec un concept nouveau en Saskatchewan, mais qui a fait ses preuves dans d’autres provinces : l’école communautaire citoyenne.

Partant du principe que ça prend tout un village pour éduquer un enfant, le directeur du CEF, Ronald Ajavon, estime que «développer la sensibilité culturelle communautaire, c’est aussi important que l’aspect intellectuel». D’où l’idée de faire en sorte que l’école soit partie prenante de la vie de la cité.

Même en temps de pandémie? «Absolument! On ne se laisse pas freiner par la COVID-19», dit-il. Au contraire, croit le directeur, c’est plus que jamais le temps de donner aux jeunes les habiletés pour relever ce défi.

M. Ronald Ajavon, directeur général du CEF, devant le Pavillon secondaire des Quatre Vents de l'école Monseigneur de Laval à Regina, site d'un des projets d'école communautaire citoyenne.

Favoriser la réussite par l’engagement communautaire

L’école communautaire citoyenne (ECC) découle particulièrement du Sommet sur l’éducation de 2012 en Alberta. Cet évènement rassemblait divers organismes partenaires francophones ayant à cœur l’épanouissement du réseau d’éducation en langue française au Canada. La Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF) en faisait partie.

La démarche de l’ECC a pour objectif de mobiliser l’élève, le personnel de l’école, les parents et les divers partenaires en vue de les engager dans la vie politique, économique et socioculturelle de leur communauté francophone. La réussite globale des élèves, mais aussi de tous ceux qui les entourent, le continuum des apprentissages, ainsi qu’un engagement social, culturel et communautaire, sont les trois principaux objectifs de l’ECC.

Mais, bien avant 2012, l’idée d’une école différente, engagée en milieu minoritaire, avait déjà fait du chemin. Dans un document datant de 2015, le chercheur associé au Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire de l’Université Laval à Québec Mathias Pépin relate le parcours de l’école entrepreneuriale consciente.

Celle-ci a été développée par l’Acadien Rino Lévesque, directeur d’école au tournant du siècle, qui souhaitait mettre de l’avant quatre principes directeurs : s’entreprendre, élever sa conscience, développer l’entrepreneuriat au sens de projets collectifs dépassant la somme des intérêts et contributions individuels et, finalement, accroitre l’esprit communautaire.

Après des expériences en milieu scolaire francophone en Colombie-Britannique et en Saskatchewan, l’idée de Rino Lévesque était reprise au Nouveau-Brunswick dès 2004. «Depuis 2013, selon M. Pépin, l’ensemble des écoles francophones — primaires et secondaires — de cette province canadienne se fondent sur le modèle de l’ECC (soit quelque 93 écoles).» L’école entrepreneuriale consciente est également présente dans quelques pays africains et européens.

Le directeur aux partenariats et à la programmation culturelle au CEF, Denis Desgagné, ainsi que Ronald Ajavon ont d’ailleurs eu des entretiens avec Rino Lévesque afin de mieux saisir l’idée d’une école communautaire ancrée dans son milieu.

Le directeur aux partenariats et à la programmation culturelle au CEF, Denis Desgagné, estime «un citoyen, c’est celui qui change le monde».

Du concret

Au-delà des querelles sémantiques, ce qu’il importe de constater, c’est la volonté du CEF d’aller de l’avant avec des projets concrets qui vont développer la construction identitaire, selon Ronald Ajavon. Celui-ci donne deux exemples.

À Regina, après des ententes avec des restaurants locaux, des élèves de son conseil scolaire partiront à vélo récupérer des déchets de table afin de transformer le tout en compost pour enrichir la terre d’un jardin communautaire. À Prince Albert, un projet citoyen, «Le village», devrait voir le jour.

«On a établi des plans d’affaires. On a commencé à parler avec des partenaires universitaires ainsi que la communauté métisse», assure celui qui est en poste comme directeur général depuis 2019. Le CEF a ciblé un ancien couvent transformé en condos qui deviendra à la fois un projet intergénérationnel et interculturel avec notamment une résidence pour étudiants, une pour personnes âgées et même une maternelle.

Le conseil scolaire se veut le moteur de cette transformation sociale. Pour Ronald Ajavon, «le transfert des connaissances, le développement de celles-ci» sont au cœur du souffle communautaire qu’il veut donner à la quinzaine d’écoles du CEF. Une vision que son collègue Denis Desgagné salue puisque pour l’ancien directeur du Centre de la francophonie des Amériques, «un citoyen, c’est celui qui change le monde».

Éducation

Liliane Gaudet, originaire d’Alsace en France, habite à l’Île-du-Prince-Édouard depuis près de 60 ans. L’épidémie de COVID-19 qui empêche les enfants d’aller à l’école lui rappelle des souvenirs du début des années 1940. Alors enfant à Strasbourg, elle avait dû faire le programme de toute l’année scolaire en trois mois, dans une autre langue. Elle estime que les enfants de l’Ile pourraient rattraper ce qu’ils ont manqué ce printemps, à condition de renoncer à une partie des vacances.
Territoires du Nord-Ouest

IJL TERRITOIRES (Territoires du Nord-Ouest) – «Ce sera une institution de calibre internationale, et nous y mettrons les efforts nécessaires», a lancé le ministre de l’Éducation, R.J. Simpson, lors d’un échange avec le député de Yellowknife Nord, Rylund Johnson, en période de questions de l’Assemblée législative.
Francophonie

FRANCOPRESSE – Les universités francophones du pays misent sur l’inscription d’étudiants internationaux pour stimuler la vie en français et renflouer leurs coffres. Les mesures sanitaires imposées par les gouvernements fédéral et provinciaux affecteront directement les inscriptions pour la rentrée 2020.
Racisme systémique

L’EXPRESS (Toronto) – L’Association des communautés francophones de l’Ontario à Toronto (ACFO-Toronto) s’inquiète de «certains commentaires que nous entendons ces derniers mois» à propos de l’Université de l’Ontario français (UOF) quant à la transparence de son processus de recrutement et à la diversité culturelle au sein de son équipe de direction.
Francophonie

FRANCOPRESSE – Après les annonces de possibles compressions budgétaires par le gouvernement manitobain dans le budget de l’Université de Saint-Boniface et le cri d’alerte lancé par l’Acfas à la mi-mai, quel sort financier la pandémie actuelle réserve-t-elle aux universités francophones en milieu minoritaire au Canada?
Témoignage

Les écoles sont fermées en Ontario depuis le 14 mars. Une mère et sa fille, toutes deux enseignantes francophones dans des écoles publiques anglophones du Centre-Sud de la province, témoignent de leur expérience, l’une comme suppléante, l’autre «promue» au télétravail.
Éducation

LE VOYAGEUR (Sudbury) – Le passage à l’enseignement en ligne a été toute une transformation de l’apprentissage pour les élèves, mais aussi pour les enseignants. C’est devenu pour eux aussi l’occasion d’apprendre de nouvelles choses et une enseignante de 8e année de l’École publique Hanmer s’est donné comme objectif d’apprendre elle aussi une nouvelle chose par jour.
Visioconférence

L’EAU VIVE (Saskatchewan) – C’est sous le regard de 172 participants à travers le Canada que la docteure et optométriste Nathalie Renaud a donné une conférence en ligne ce 6 mai. Dans le cadre de la Miniécole de médecine de l’Université d’Ottawa, ce premier volet de la 24e édition s’est consacré entièrement au sens de la vue, présentant l’anatomie de l’œil et jetant les bases de la prévention des troubles de la vision.
Éducation

FRANCOPRESSE – L’Université de l’Ontario français (UOF) organisera son premier colloque étudiant cet été avant même d’accueillir des étudiants de premier cycle. Il sera virtuel et s’intéressera au monde après la COVID-19. Pour l’organisatrice Jade Boivin, le colloque servira à faire progresser la recherche en français, à créer des liens entre les chercheurs et à faire connaitre la nouvelle université.
Virage numérique

FRANCOPRESSE – La quasi-totalité des secteurs d’activités et de l’économie sont touchés par la crise de la COVID-19, soit en raison de fermetures, d’un ralentissement des opérations ou par d’autres adaptations forcées. C’est le cas des institutions postsecondaires : alors qu’au pays les écoles sont fermées et le resteront probablement pour le reste de l’année scolaire, plusieurs universités et collèges offrent à leurs étudiants des cours à distance pour pallier la fermeture des campus.
Arts oratoires

L’EAU VIVE (Saskatchewan) – Ving-deux jeunes francophones de l’Ouest canadien et deux du Québec ont participé les 7 et 8 février à la 3e édition du grand concours du Sommet des débats au Campus Saint-Jean à Edmonton. Organisée par les juristes d’expression française, la rencontre permet à la fois de développer l’aisance orale des jeunes et de les sensibiliser au milieu juridique.
Ontario

L’EXPRESS (Ontario) – C’est tout un parterre d’artisans et d’amis de l’Université de l’Ontario français (UOF) qui a participé ce mercredi 26 février, autour de la présidente Dyane Adam et de personnalités politiques, au dévoilement de son futur site au 2e étage du 9 Lower Jarvis au centre-ville de Toronto, presque au bord du lac Ontario.
Éducation

LE VOYAGEUR (Ontario) – Le professeur de philosophie Denis Hurtubise a analysé les inscriptions à l’Université Laurentienne de Sudbury, entre 2000 et 2018. Il se sert de son étude pour mettre en garde les dirigeants et les communautés francophones contre l’effritement insidieux du poids démographique.
Journalisme

INITIATIVE DE JOURNALISME LOCAL – APF (Saskatchewan) – Les inscriptions pour le programme de journalisme en français du Collège Mathieu sont finalement ouvertes. Jusqu’au 29 février, les candidats aspirant à devenir journaliste, rédacteur, recherchiste ou animateur peuvent soumettre leur dossier. Reposant sur un modèle novateur de collaboration entre médias et universités, le programme constituera la seule formation universitaire en journalisme en français à l’ouest de l’Ontario.
Ouest canadien

INITIATIVE DE JOURNALISME LOCAL – APF (Ouest) — Le 29 janvier, Adriana LaGrange, ministre albertaine de l’Éducation, présentait un rapport d’expert censé orienter la future réforme des programmes scolaires. Ce dernier ne fait aucune mention des perspectives francophones, ce qui inquiète la communauté. «Il semblerait que rien ne va changer», rassure la Fédération des Conseils Scolaires Francophones de l’Alberta (FCSFA) après avoir pris contact avec le Ministère.
Atlantique

LA VOIX ACADIENNE (Ile-du-Prince-Édouard) – Il y a seulement quelques mois, La Commission scolaire de langue française (CSLF) aurait pu décider de réviser l’ensemble de ses politiques, sans que personne le sache. En effet, bien que les réunions aient toujours été publiques, très peu de personnes y assistaient dans le passé. Puis, par souci de transparence, voici que les ordres du jour sont diffusés à l’avance, que des procès-verbaux sont rendus publics et que les réunions sont diffusées en direct sur Facebook, et qu’elles peuvent être visionnées en tout temps.

La période d’inscription au programme bilingue en sciences infirmières de la Cité universitaire francophone de Regina est ouverte. Alors qu’une 2e cohorte de sept élèves a fait sa rentrée cet automne, plusieurs s’inquiètent de l’examen national que les étudiants devront passer à la fin de leurs études. Dans le contexte actuel, l’existence même de programmes bilingues devient paradoxale.

Une semaine avant le lancement des élections fédérales, la ministre Mélanie Joly a signé devant public un nouveau protocole d’entente sur les langues officielles dans l’enseignement. Mais la libérale n’a pas distribué des copies à ses invités ni diffusé le document. Pour cause : le texte est confidentiel en attendant le parafe des provinces et territoires. À quoi rime l’évènement?