Éducation

Ericka Muzzo
Ericka Muzzo
Francopresse
FRANCOPRESSE – L’Université de l’Ontario français ouvrira ses portes à une première cohorte d’étudiants en septembre. Contrairement aux pronostics sombres annoncés en janvier 2021, le nouveau recteur de l’établissement, Pierre Ouellette, a bon espoir qu’une centaine d’étudiants seront de la partie – principalement des étudiants internationaux. Pour le directeur sortant de Radio-Canada Ontario, les priorités sont claires pour l’année à venir : le recrutement d’étudiants, la mise sur pied d’un modèle de financement viable et l’établissement de partenariats, à la fois avec la communauté du Centre-Sud-Ouest et le secteur postsecondaire francophone en Ontario.
Éducation

Bruno Cournoyer Paquin
Bruno Cournoyer Paquin
Francopresse
FRANCOPRESSE – Les découvertes de sépultures d’enfants non marquées sur les terrains d’anciens pensionnats autochtones ont suscité la consternation à travers le Canada. Cependant, cette situation était bien connue des communautés autochtones, alors que la Commission de vérité et réconciliation (CVR) en avait fait état dans son rapport en 2015. Un des appels à l’action de la CVR était d’établir un programme obligatoire pour les élèves du primaire et du secondaire «portant sur les pensionnats, les traités, de même que les contributions passées et contemporaines des peuples autochtones à l’histoire du Canada». Où en est-on maintenant?
Éducation

Inès Lombardo
Inès Lombardo
Francopresse
FRANCOPRESSE – La pénurie d’enseignants de français langue seconde (FLS) s’étire depuis des années. Pour tenter d’y remédier, l’Association canadienne des professeurs de langues secondes (ACPLS) lançait en juillet 2020 un projet de recherche pancanadien d’une durée de deux ans, financé par Patrimoine canadien, visant à mieux outiller les nouveaux enseignants en FLS. Le projet en est depuis janvier à l’étape de sonder le milieu afin d’identifier les lacunes dans la formation des enseignants. Stephanie Arnott, professeure agrégée à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa et chercheuse principale de l’étude, souhaite faire connaitre le projet pour avoir le plus de retours possible.
Acadie Nouvelle

Sylvie Mousseau
Acadie Nouvelle
ACADIE NOUVELLE (Nouveau-Brunswick) – Devant le climat d’incertitude qui règne au département d’art dramatique de l’Université de Moncton, l’ancienne directrice du département, Marcia Babineau, estime que le programme fait face à de grands défis, notamment sur le plan de la permanence de son corps professoral. À son avis, le baccalauréat spécialisé doit être maintenu, sinon ce sera le début de la fin.
L'Aurore boréale

Maurine Forlin
L’Aurore boréale
L’AURORE BORÉALE (Yukon) – La création d’une commission scolaire des Premières Nations a avancé dans les dernières semaines. Le processus en est à la deuxième étape sur les neuf projetées et ouvre la porte à une éducation plus adaptée à la culture autochtone pour toutes et pour tous et à de nouvelles collaborations avec, notamment, la Commission scolaire francophone du Yukon.
Le Voyageur

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
LE VOYAGEUR (Ontario) – Le conseil des régents de l’Université de Sudbury a récemment arrêté son choix sur l’historien Serge Miville pour mener à bien la transformation de son établissement en université francophone. La priorité de l’ancien professeur, récemment mis à pied par l’Université Laurentienne, sera d’arrêter l’exode des jeunes, surtout ceux qui ont perdu leur programme à la Laurentienne.
IJL L'Eau vive

Lucas Pilleri
IJL – Réseau.Presse – L’Eau vive
IJL L’EAU VIVE (Saskatchewan) – L’école du Parc offre une solution temporaire aux écoliers francophones en attendant la construction d’un nouveau bâtiment, prévu pour la rentrée 2023. Les locaux pouvant être conservés jusqu’en juin 2024, certains parents aimeraient en faire une école de transition avant l’arrivée, déjà anticipée, d’un troisième établissement scolaire à Regina.
Éducation

Bruno Cournoyer Paquin
Bruno Cournoyer Paquin
Francopresse
FRANCOPRESSE – Le 12 juin 2020, la plus haute cour au pays a tranché en faveur du Conseil scolaire francophone de Colombie-Britannique (CSFCB) et de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique (FPFCB), stipulant que la province sous-finançait systématiquement le réseau d’éducation francophone. Le gouvernement britannocolombien s’est vu contraint de verser des sommes réparatoires et d’allouer des fonds pour la construction de nouvelles écoles francophones. Plusieurs experts ont pressenti que ce jugement aurait des répercussions à travers le Canada. Un an plus tard, où en sommes-nous?
Le Voyageur

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
LE VOYAGEUR (Ontario) – Franco-Parole III approche à grands pas. La conférence sur l’éducation universitaire en français organisée par l’Université libre du Nouvel-Ontario — qui a lieu du 23 au 25 juin — s’inspire de deux conférences qui ont marqué les ambitions des Franco-Ontariens face à leur éducation. Si le deuxième colloque était clairement en lien avec la création d’une université, le premier Franco-Parole concernait seulement la place des Franco-Ontariens dans l’Université Laurentienne. Dans les deux cas, la réponse des gens au pouvoir a été décevante.
Le Voyageur

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
LE VOYAGEUR (Ontario) – Le bureau de l’Ombudsman de l’Ontario annonce que la section de la commissaire aux services en français de l’Ontario mènera une enquête officielle concernant les coupes des programmes en français à l’Université Laurentienne. L’administration de l'établissement a été prévenue, de même que les deux ministères concernés.
Acadie Nouvelle

Cédric Thévenin
Acadie Nouvelle
ACADIE NOUVELLE (Nouveau-Brunswick) – «Ce n’est pas un lundi noir qu’on vit à l’Université de Moncton, mais 10 ans de noirceur. S’il n’y a pas de changement, ça va continuer», s’est alarmé le recteur de l’établissement, Denis Prud’homme. Le vice-chancelier a tenu ces propos devant le Comité permanent des langues officielles à la Chambre des communes du Canada la semaine dernière.
Francopresse

Gaëlle Kanyeba
Francopresse
FRANCOPRESSE – Le projet de loi 96 déposé au mois de mai par le gouvernement du Québec prévoit notamment que les étudiants francophones d’autres provinces et territoires pourraient désormais, sous certaines conditions, fréquenter un établissement postsecondaire québécois en payant les mêmes frais de scolarité que les étudiants de cette province. Cela pourrait représenter un rabais de plusieurs milliers de dollars par année. Bien que tous saluent les efforts du Québec de tendre la main à la francophonie canadienne, plusieurs s’inquiètent que la situation accentue la déresponsabilisation des provinces en matière d’éducation postsecondaire en français.
Le Franco

Arnaud Barbet
Arnaud Barbet — IJL — Réseau.Presse — Le Franco
LE FRANCO (Alberta) – Lorsqu’on lit entre les lignes de l’article 29.6 du projet de loi 96 déposé récemment à l’Assemblée nationale du Québec, on peut craindre quelques grincements de dents. Très vite, de nombreuses voix en Alberta ont montré leur désaccord.
IJL L'Eau vive

Emmanuel Masson
L'Eau vive
IJL L’EAU VIVE – Le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) et la Fédération des francophones de Saskatoon (FSS) ont été assurés par le gouvernement provincial de la construction d’une nouvelle école francophone à Saskatoon d’ici 2025. D’ici là, les francophones de la ville des ponts sont consultés pour identifier au mieux les besoins.
Le Voyageur

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
LE VOYAGEUR (Ontario) – L’Institut franco-ontarien (IFO), autrefois affilié à l’Université Laurentienne, a quitté son local de l’établissement et s’est installé quelques dizaines de mètres plus loin, à l’Université de Sudbury. Le centre d’étude sur la francophonie ontarienne et canadienne ne considère pas pouvoir poursuivre ses recherches dans l’enceinte d’une université qui pose toutes les actions pour devenir unilingue anglophone.
Le Franco

Simon-Pierre Poulin
Le Franco
LE FRANCO (Alberta) – «La parole est à vous», promettait le site Web du gouvernement albertain. Et pourtant, le 6 mai en soirée, lors de la séance virtuelle de consultation publique sur le nouveau programme d’étude primaire (curriculum), ni la voix des parents, ni celle des enseignants, ni celle des chefs de file de la communauté n’a été entendue.
Le Voyageur

L'Honorable Marie-Paule Charette-Poulin
diplômée de la Laurentienne et représentante du nord de l’Ontario au Sénat du Canada de 1995 à 2015.
LETTRE OUVERTE – L’Honorable Marie-Paule Charette-Poulin, B.A., LL.B., M.A. fière diplômée de la Laurentienne et représentante du nord de l’Ontario au Sénat du Canada de 1995 à 2015 a adressé une lettre ouverte au premier ministre de l’Ontario, Doug Ford.
Francopresse

Inès Lombardo
Inès Lombardo
Francopresse
FRANCOPRESSE – Les professionnels de l’éducation en petite enfance jouent un rôle primordial dans la construction identitaire et linguistique des tout-petits. C’est l’une des conclusions qui ressort du premier Symposium national sur la petite enfance présenté par l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne. Cependant, la pénurie d’éducateurs qualifiés ou l’absence de formation pose problème dans plusieurs régions du pays.
IJL Atlantique

Jacinthe Tremblay
IJL – Réseau.Presse – Le Gaboteur
IJL LE GABOTEUR – La recommandation de Moya Greene et son équipe d’abolir le Conseil scolaire francophone provincial de Terre-Neuve-et-Labrador (CSFP) fait grand bruit. Elle est toutefois la pointe de l’iceberg des bouleversements de l’enseignement Maternelle-12e année proposés dans son rapport. Aperçu du branle-bas de combat en vue.
Le Franco

Mélodie Charest
Le Franco
LE FRANCO (Alberta) – Contrairement à ce que laisse penser son nom, l’école francophone de Grande Prairie n’établit pas de nouvelles frontières, mais en repousse. Geneviève Savard, animatrice culturelle, a instauré un projet dans le sens de la réconciliation avec les Peuples autochtones. Au programme : bricolage de capteurs de rêve, récits de contes et légendes, mais aussi une plantation de sauges et de tabac.
L'Eau vive

Stevie Souvenir
IJL – Réseau.Presse – L’Eau vive
En collaboration avec l’école Boréale et le Centre culturel Royer à Ponteix dans le sud de la Saskatchewan, un projet novateur de jardinage pédagogique en intérieur a vu le jour en mars dernier. Une façon originale de rapprocher les élèves de la communauté, sous le signe du jardinage urbain.
Le Franco

Gabrielle Beaupré
Le Franco
LE FRANCO (Alberta) – Avec le jugement de la Cour suprême en juin dernier, le soleil devrait briller davantage sur le futur des infrastructures scolaires francophones. Cependant, il reste du chemin à parcourir. Aujourd’hui, de nombreuses écoles se trouvent encore dans des bâtiments désuets, loués à des conseils scolaires anglophones et dans des portatives.
Éducation

Bruno Cournoyer Paquin
Bruno Cournoyer Paquin
Francopresse
FRANCOPRESSE – Entre l’Université Laurentienne en banqueroute et des compressions budgétaires de 33 % à l’Université de l’Alberta, l’enseignement supérieur au pays fait face à de nombreux défis. Confrontées à une stagnation des investissements publics dans le secteur postsecondaire, les universités dépendent de plus en plus des frais de scolarité et plus particulièrement des sommes faramineuses tirées des étudiants internationaux pour maintenir leurs activités. Un modèle qui désavantage les établissements francophones à l’extérieur Québec, avertissent certains experts.
Acadie Nouvelle

Cédric Thévenin
Acadie Nouvelle
ACADIE NOUVELLE (Nouveau-Brunswick) – De plus en plus d’enseignants veulent sortir leurs élèves. Des classes extérieures existent déjà à Edmundston, à Caraquet et à Sackville, par exemple. Récemment, c’est l’école Mathieu-Martin à Dieppe qui a annoncé vouloir offrir des cours en forêt.
Éducation

Inès Lombardo
Inès Lombardo
Francopresse
FRANCOPRESSE – L’Université de Sudbury ne pourra plus offrir son programme d’études autochtones le 1er mai en raison de la dissolution de la Fédération Laurentienne. Des professeurs du programme craignent pour l’avenir de l’enseignement autochtone dans le Nord de l’Ontario, alors que seulement six des 65 cours seront transférés temporairement pour le semestre du printemps à la Laurentienne. Tout ce branlebas de combat risque de nuire aux étudiants, craignent plusieurs professeurs.