Stand collectif au Salon du livre de l’Outaouais
Stand collectif au Salon du livre de l’Outaouais

Écrire en français dans les Amériques : Mission impossible ?

André Magny
André Magny
Francopresse
Au Canada français, il s’édite annuellement tout près de 150 livres provenant d’une quinzaine de maisons d’édition. Derrière ces ouvrages, il y a les auteurs. Prendre la plume représente souvent pour eux un acte de foi.

Au Canada, en excluant les activités du Québec, il peut s’éditer annuellement jusqu’à 150 livres en français provenant d’une quinzaine déditeurs francophones. Derrière ses ouvrages, il y a les auteurs pour qui prendre la plume — ou le clavier — représente souvent un acte de foi.

Comptoir littéraire tenu par le Regroupement dans le cadre de Zones théâtrales à Ottawa. Sur la table : des pièces de théâtre et essais sur le théâtre du Blé, de la Nouvelle plume, de Prise de parole, de L’Interligne, et de Perce-Neige.

Écrire en français en milieu minoritaire sera sûrement toujours un défi, estiment les auteurs Daniel Marchildon de l’Ontario et Karen Olsen de la Colombie-Britannique, que Francopresse a rencontré à l’occasion d’une récente table ronde présentée à la Maison de la littérature de Québec.

Daniel Marchildon ne mâche pas ses mots. Signataire d’une vingtaine de publications dont des romans jeunesse publiés chez Soulières Éditeur au Québec, il confie comment le geste d’écrire renvoie à une double infériorité pour un écrivain de la francophonie canadienne : infériorité par rapport à la France et parfois au Québec, mais aussi face aux anglophones « qui nous rappellent à l’occasion notre infériorité »… Il faut aussi avoir foi dans le fait d’écrire, car dans un milieu anglophone, les auteurs ont parfois droit au « nice hobby » comme le rappelle l’auteure de La bonne de Chagall, Karen Olsen.

De gauche à droite : les livres des Éditions David (Ontario), du Blé (Manitoba), de Bouton d’or Acadie (Nouveau-Brunswick), de L’Interligne (Ontario) et de Prise de parole (Ontario).

Être vu, être lu

Le manque de visibilité ou le manque d’information sur le lectorat revient souvent dans les discussions. Il y a bien des salons du livre, mais ce n’est pas toujours suffisant. Si le ministère de l’Éducation de l’Ontario impose aux élèves franco-ontariens la lecture de deux œuvres franco-ontariennes, la situation est différente ailleurs, comme en Colombie-Britannique.

Heureusement, certaines bibliothèques numériques comme celle du Centre de la francophonie des Amériques permettent une plus large diffusion d’œuvres francophones du continent américain. De son côté, Carolan Morin, porte-parole du Regroupement des éditeurs franco-canadiens (REFC), explique que des foires du livre comme celle de Francfort en Allemagne, où se présente le REFC, permet de vendre des droits pour des traductions comme ce fut le cas pour Estelle Beauchamp, l’écrivaine d’Ottawa qui a vu son roman Un souffle venu de loin être traduit en russe.

Le livre de gauche est la version canadienne et celui de droite, la version imprimée aux États-Unis.

Le phare québécois

Pour Olsen et Marchildon, il est clair que plus la francophonie québécoise est forte, plus la francophonie canadienne est forte. Pourtant, l’auteur franco-ontarien de Lafontaine a « peur d’un certain glissement », car « c’est dur d’être toujours en situation de combat ».

« Il importe, selon Karen Olsen, que le Québec maintienne des prix littéraires » ouverts sur la littérature du Canada français pour assurer une certaine visibilité. Il y a bien eu le Prix littéraire Émile-Ollivier créé par le Conseil supérieur de la langue française, qui, pendant dix ans, a récompensé une œuvre francophone hors Québec, mais en 2015, faute de budget, le Prix a cessé ses activités… Depuis 1957, il y a le Prix Champlain, soutenu dorénavant par le RECF, comme le rappelle Carolan Morin. Un prix qui sera remis en janvier prochain avec sa bourse de 3000 $, soulignant la vitalité et l’excellence de la littérature franco-canadienne.

Alors qu’est-ce qui pousse un écrivain à vouloir laisser sa trace en écrivant en français en dépit de nombreux obstacles ? « Parce qu’on n’a pas d’autres choix ! » de lancer le Louisianais Normand Beaupré et « parce qu’on a la tête dure ! » de conclure Daniel Marchildon.

De gauche à droite : les livres de Bouton d’or Acadie (Nouveau-Brunswick), de Prise de parole (Ontario) et des Éditions de la nouvelle plume (Saskatchewan).