Le budget fédéral prévoit 6,4 millions $ sur deux ans pour la modernisation de la Loi sur les langues officielles et 121 millions $ sur trois ans pour le secteur de l’éducation postsecondaire dans la langue de la minorité.
Le budget fédéral prévoit 6,4 millions $ sur deux ans pour la modernisation de la Loi sur les langues officielles et 121 millions $ sur trois ans pour le secteur de l’éducation postsecondaire dans la langue de la minorité.

Une certaine place pour les francophones dans le budget fédéral 2021

Marc Poirier
Marc Poirier
Francopresse
FRANCOPRESSE – Le budget fédéral prévoit 6,4 millions $ sur deux ans pour la modernisation de la Loi sur les langues officielles et 121 millions $ sur trois ans pour le secteur de l’éducation postsecondaire dans la langue de la minorité. Les organismes de la francophonie canadienne, eux, pourront notamment trouver leur part du gâteau dans les millions prévus au budget pour la revitalisation du secteur des arts et de la culture.

Le budget annonce qu’un financement de 6,4 millions $ sur deux ans est envisagé sur pour la modernisation de la Loi sur les langues officielles, mais le but de ce montant n’est pas précisé.

Un financement de plus de 121 millions $ sur trois ans est quant à lui destiné au secteur de l’éducation postsecondaire dans la langue de la minorité. Le budget n’indique pas si une aide au secteur universitaire francophone en Ontario, aux prises avec une crise sévère, fait partie de cette enveloppe.

À lire aussi : Éducation postsecondaire en français : une «zone grise» de l’intervention fédérale

Plus de 80 millions $ sur deux ans sont réservés dans le budget pour appuyer la construction, la rénovation et le développement des espaces éducatifs et communautaires dans les milieux linguistiques minoritaires.

Les programmes d’immersion française ont une enveloppe prévue de plus de 180 millions $ sur trois ans, visant à appuyer les efforts pédagogiques dans les écoles et les établissements postsecondaires, le recrutement et le maintien des enseignants, ainsi que l’apprentissage du français dès le plus jeune âge.

À lire aussi : Budget fédéral 2021 : plus de 100 milliards $ pour assurer la relance

Le recrutement et le maintien des enseignants est particulièrement difficile depuis le début de la pandémie.

Des fonds pour la culture et les loisirs

«On estime qu’avant le début de la pandémie, 410 000 Canadiens travaillaient dans les industries des arts, du divertissement et des loisirs en février 2020», peut-on lire dans le document du budget, long de 864 pages.

Le document note une diminution de 35 % des emplois dans le secteur des arts, de la culture et des loisirs entre février 2020 et février 2021 ; la perte la plus importante de toutes les sphères d’activité économique.

Les services d’hébergement et de restauration arrivent en deuxième position de ce triste palmarès, avec un peu plus de 25 % de pertes d’emplois en un an.

Sur le plan général, Ottawa veut fournir 300 millions $ sur deux ans pour la création, par le biais de Patrimoine canadien, d’un fonds de relance pour les secteurs des arts, de la culture, du patrimoine et des sports.

Le budget prévoit aussi accorder à Patrimoine canadien des fonds pour appuyer les festivals des arts de la scène (14 millions $ sur deux ans à compter de 2022-2023), les évènements culturels communautaires (16 millions $ sur deux ans à compter de 2022-2023) ainsi que les célébrations et les commémorations (19,6 millions $ sur trois ans à compter de 2021-2022).

Ottawa propose aussi un montant de 15 millions $ afin d’aider les institutions culturelles et artistiques à rendre les espaces culturels sécuritaires pendant la pandémie.

Afin d’appuyer les musiciens et les salles de concert, le gouvernement souhaite accorder 70 millions $ sur trois ans au Fonds de la musique du Canada (FMC). De ce montant, 50 millions $ iraient en aide directe, dès cette année.

Un financement de 39,3 millions $ sur deux ans est par ailleurs prévu pour appuyer l’industrie canadienne du livre, dont 32 millions $ pour aider les librairies à augmenter leurs ventes en ligne ainsi que 7,2 millions $ pour promouvoir l’industrie canadienne à la Foire du livre de Francfort, la plus grande au monde.

Ottawa propose un montant de 15 millions $ afin d’aider les institutions culturelles et artistiques à rendre les espaces culturels sécuritaires pendant la pandémie.

Aides aux grandes institutions

Radio-Canada est ciblée pour une aide de 21 millions $ «à titre de soutien opérationnel immédiat» afin de compenser une baisse de ses revenus publicitaires «qui menace sa capacité de continuer à diffuser des programmes publics de télévision et de radio».

Aucuns nouveaux fonds ne sont prévus pour les médias communautaires afin de pallier la baisse de leurs revenus publicitaires.

À lire aussi : Les médias communautaires, grands oubliés de la réforme des langues officielles?

Le budget fédéral propose aussi de verser 105 millions $ sur trois ans à Téléfilm Canada dans le but de s’adapter à la numérisation et de moderniser ses programmes «afin d’offrir un meilleur accès à une gamme diversifiée de créateurs et de producteurs».

Un montant de 60 millions $ sur trois ans est prévu pour le Fonds des médias du Canada (FMC), pour lui permettre de renforcer l’appui aux productions dirigées par des personnes appartenant à des «groupes dignes d’équité» – sans toutefois préciser quels sont ces groupes.

Le budget propose enfin un financement de plus de 17 millions $ au Centre national des Arts (CNA), à Ottawa, «pour faire face aux pressions financières causées par la COVID-19». Une aide supplémentaire de 6 millions $ sur deux ans serait ajoutée pour les collaborations avec les «groupes dignes d’équité».