Économie et environnement : prise entre deux feux

Geoffrey Gaye
Le Franco
Début septembre, le gouvernement fédéral a annoncé une aide financière pour aider l’Alberta à une transition «juste et équitable» de l’industrie du charbon. Un financement qui contraste avec l’obstination du gouvernement provincial conservateur à mener une véritable guerre à l’écologie. Dernier acte en date, la fermeture du Bureau sur les changements climatiques.

Du côté du fédéral, les intentions sont orientées vers la diversification d’une économie basée depuis des décennies sur la production d’énergies polluantes. «Notre gouvernement reconnaît l’importance d’une transition juste et équitable pour soutenir les travailleurs et les collectivités de l’Alberta», a déclaré Amarjeet Sohi, ministre des Ressources naturelles et député fédéral.

Ces paroles lui ont été attribuées dans un communiqué de presse envoyé le 3 septembre par l’organisme fédéral Diversification de l’économie de l’Ouest canadien. Un document conçu pour annoncer une aide financière destinée à réduire les émissions de carbone en Alberta. Environ 3 millions de dollars répartis dans deux collectivités et un syndicat serviront à financer une transition énergétique concernant la production d’électricité par le charbon.

Vers une transition économique?

Cette annonce s’inscrit dans la continuité d’une politique établie. En novembre 2018, 250 000 $ ont déjà été distribués par le fédéral. En juin 2019, c’est un chèque de 4,5 millions de dollars que le gouvernement a remis à des organismes de l’Alberta et de la Saskatchewan. Tout cet argent est tiré des 35 millions sur cinq ans, promis et inscrits au budget 2018 par le gouvernement de Justin Trudeau pour la mise en œuvre de l’Initiative canadienne de transition pour l’industrie du charbon (ICTC).

Une raison, au moins, à cela : «En 2016, le charbon produisait environ 9 % de l’électricité au Canada, mais était responsable de 72 % des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur de l’électricité. Le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques du gouvernement du Canada avait cerné la nécessité de réduire les émissions de l’électricité produite à partir du charbon d’ici 2030», explique Narmin Hassam-Clark, travaillant pour la communication du gouvernement.

À quelques semaines des élections fédérales, le Parti libéral à la tête du Canada assume son positionnement en matière de protection de la planète. Et ce, malgré les 1800 travailleurs du secteur et l’impopularité omniprésente de la politique écologique dans la province pétrolière.


Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Le Franco