Ministère du Patrimoine canadien
Ministère du Patrimoine canadien

Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne Priorité aux services et à l’immigration

Denis Lord
Francopresse
Le développement des services aux francophones et l’immigration ont été les principaux secteurs de discussion lors de la 22e conférence ministérielle sur la francophonie canadienne, qui avait lieu les 22 et 23 juin à Gatineau. « Tous les ministres provinciaux et territoriaux se sont engagés à investir des fonds avec le fédéral afin d’offrir plus de services, a déclaré en conférence de presse le coprésident de l’événement, John Streicker, ministre responsable de la Direction des Services en français au Yukon. C’est la première fois qu’on constate un tel niveau d’engagement. » La ministre responsable de la Francophonie du Nouveau-Brunswick, Francine Landry, assure que ce ne sont pas des vœux pieux. « Il y a eu un engagement concret de la part de chacune des provinces et de chacun des territoires. Des enveloppes budgétaires doivent être négociées avec le gouvernement fédéral à cet effet. On fera un constat des progrès en 2021. »

Immigration

Le dossier de l’immigration francophone a également retenu l’attention des ministres provinciaux, territoriaux et fédéral. La ministre du Patrimoine canadien et coprésidente de l’événement, Mélanie Joly, a assuré que la cible du 4,4 % d’immigration francophone à l’extérieur du Québec devrait être dépassée grâce à aux mesures préconisées dans le Plan stratégique sur les langues officielles, qui sera rendu public en juillet et mis en œuvre d’ici avril 2018. La ministre a rappelé la mise en place, début juin, du programme d’immigration Entrée Express, qui favorise les personnes ayant des compétences en français.

« L’immigration francophone est un dossier prioritaire », a affirmé Mme Joly, soulignant le rôle qu’elle peut jouer dans la pérennité des communautés linguistiques en milieu minoritaire.

« Nous avons reçu un mandat clair d’appuyer nos ministres de l’immigration et de développer des services d’attraction, de rétention et d’intégration, commente Francine Landry. Pour ma part, je vais travailler avec mon collègue Donald Arseneault [ministre de l’immigration du Nouveau-Brunswick] pour m’assurer que les recommandations soient suivies dans notre juridiction. »

La ministre responsable de la Francophonie du Nouveau-Brunswick rappelle qu’il devrait y avoir un second Forum pancanadien sur l’immigration l’an prochain, faisant suite à celui de Moncton en mars dernier, où se fera un retour sur le système de pointage d’Entrée Express et où seront abordées d’autres mesures concrètes d’attraction, de rétention et d’intégration.

Dialogues

Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean Johnson, a profité de la Conférence pour rencontrer la ministre du Patrimoine canadien et a qualifié la rencontre de « constructive ». « J’ai eu d’excellents échanges avec Mélanie Joly sur le Plan stratégique, qui est un dossier incontournable. Nous avons eu des discussions franches et transparentes, dit-il. Je suis sorti de là avec le sentiment qu’on est prêt à avancer. »

M. Johnson dit avoir beaucoup insisté sur l’importance d’obtenir un énoncé de la part du Premier ministre à l’égard des communautés linguistiques en situation minoritaire, afin de faciliter les rapports avec l’appareil gouvernemental. « On parle beaucoup de la grande vision de M. Trudeau d’un Canada bilingue, ce qu’on apprécie beaucoup, mais la réalisation de cette vision repose sur les épaules de nos communautés », rappelle-t-il.


Vers Iqaluit

L’accès à la justice – particulièrement le droit des familles–, l’employabilité et le corridor touristique francophone pancanadien faisaient également partie des cinq sujets abordés par les ministres. Une annonce devrait être faite plus tard cette année concernant le corridor.

La prochaine et 23e Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne aura lieu à Iqaluit en juin 2018 et aura pour thèmes le développement économique et la pérennité des médias francophones communautaires.