Les sangliers mâles peuvent atteindre 300 kilos. Celui-ci a été photographié en Saskatchewan, où leur population serait la plus nombreuse au Canada.

Espèce envahissante L’abattage des sangliers, une fausse bonne idée?

L’Aquilon, TNO. Permettre l’abattage libre du sanglier sauvage ne peut qu’aider l’espèce à croitre davantage, selon le spécialiste Ryan Brook.

Permettre l’abattage libre ne peut qu’aider l’espèce à croitre davantage, selon le spécialiste Ryan Brook.

Selon le chercheur principal du groupe de recherche Wild pigs in Canada, le docteur Ryan Brook, les Territoires du Nord-Ouest démontrent une attitude proactive en déterminant des moyens de lutte contre les sangliers, mais la stratégie préconisée par le territoire ne peut que contribuer à la propagation de cette espèce considérée invasive.

Depuis l’entrée en vigueur le 1er juillet de la Deuxième phase de modification des règlements liés à la Loi sur la faune, tous les sangliers en liberté sont déclarés animaux nuisibles aux TNO et peuvent être abattus sans permis de chasse.

Ce règlement fait suite à la propagation des sangliers dans les provinces de l’Ouest, où ils détruisent des habitats naturels et des cultures.

Selon le gestionnaire en conservation de la biodiversité du ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles (MERN), Robert Gau, on retrouverait actuellement des sangliers à environ 250 kilomètres au sud de la frontière des TNO, en Alberta. 

Le MERN est en contact avec ses homologues de la Saskatchewan et de l’Alberta, qui traquent ces animaux.

«Si vous souhaitez que le sanglier prolifère, la meilleure chose que vous vous puissiez faire est de créer une saison de chasse ouverte comme viennent de faire les TNO, insiste Ryan Brook, professeur associé à l’Université de Saskatchewan. [...] Dans les Prairies, les sangliers se sont échappés des fermes, mais ce qui les a vraiment aidés à s’implanter, c’est la chasse sportive. La chasse en tue quelques-uns, mais presque jamais tous, et ceux qui survivent deviennent très durs à attraper, ils se cachent et deviennent beaucoup, beaucoup plus méfiants des gens.»

Le spécialiste ajoute que les sangliers, même si c’est peu commun, peuvent charger des chasseurs, ce qui rend la chasse périlleuse, surtout pour un chasseur amateur.


Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal L’Aquilon

L’Aurore boréale, YK, Le festival Sunny Side of the Doc, dans la ville côtière de La Rochelle, en France. s’est déroulé fin juin dernier. Le cinéaste et producteur franco-yukonais Simon D’Amours faisait partie de la délégation canadienne.

Les contenus factuels (documentaires, œuvres interactives, etc.) étaient en vedette lors du festival Sunny Side of the Doc, dans la ville côtière de La Rochelle, en France. La 30e édition annuelle de ce marché international d’œuvres de non-fiction s’est déroulée du 24 au 27 juin dernier. Le Canada était de la partie et Simon D’Amours, cinéaste et producteur franco-yukonais, faisait partie de la délégation.

Francopresse. Le 28 août 2019 marque un moment important dans l’histoire de la Société Saint-Thomas-d’Aquin : ce sera le début des célébrations du centième anniversaire de l’organisme porte-parole des francophones de l’Île.

Décidément, 2019 marque deux moments importants dans l’histoire de la Société Saint-Thomas-d’Aquin : pour la première fois de son existence, le Congrès mondial acadien se déroulera en partie à l’Île-du-Prince-Édouard, et ce, à compter du 10 août. Et 18 jours plus tard, le 28, ce sera le début des célébrations du centième anniversaire de la SSTA.

Le Moniteur acadien, NB. L’équipe du spectacle Racines du Pays de la Sagouine vivait de la fébrilité, le soir de la première. Pour une deuxième année, Citrouille et Peigne prenaient la route de la France pour trouver leurs ancêtres.

La fébrilité régnait au sein de l’équipe du spectacle musical Racines du Pays de la Sagouine, le soir de la première. Pour une deuxième année, Citrouille (Luc LeBlanc) et Peigne (André Roy) reprenaient la route vers la France dans le but de retrouver leurs ancêtres.

Francopresse. Alors que certains festivals francophones ont du mal à faire salle comble, d’autres prospèrent. Des organisateurs partagent leurs impressions sur les eaux changeantes de la consommation culturelle actuelle.

Vente de billets décevante à la Foire Brayonne d’Edmundston, annulation du Festival Shédiac Lobster Rock faute de ventes, disparition du Festival de la Saint-Jean Ottawa, revue à la baisse de la Saint-Jean à Kapuskasing… Certains festivals francophones connaissent de mauvais jours.

La Voix acadienne, IPÉ. L’œuvre de Patricia Bourque occupe présentement une galerie de Charlottetown. Chaque photographie met en valeur des femmes Mi’kmaq. «Je veux qu’elles se voient comme je les vois», affirme l’artiste.

Jusqu’au 18 aout, la photographe Mi’kmaq Patricia Bourque occupe la galerie de la Guild de Charlottetown avec l’exposition «Beyond the Regalia». Les photographies mettent en valeur des femmes du territoire traditionnel Mi’kma’ki. «Quand je regarde ces femmes, je vois de l’honneur et du respect. Je veux qu’elles se voient comme je les vois», affirme l’artiste.

Le Moniteur acadien, NB. Le livre Saveurs d’Acadie est bien plus qu’un livre de recettes traditionnelles et d’aujourd’hui. Avec ses magnifiques photos, il ressemble plutôt à un livre d’art ou à un recueil de poésie.

Le livre Saveurs d’Acadie est bien plus qu’un livre de recettes de cuisine traditionnelle et d’aujourd’hui, comme inscrit sur la couverture. Avec de magnifiques photos, il ressemble à un livre d’art ou à un recueil de poésie de Gabriel Robichaud.

La population mondiale passerait de 7,7 à près de 10 milliards entre 2020 et 2050, selon l’Organisation des Nations Unies. La majorité de cette croissance se produirait en Afrique, l’habitat de 60 % des francophones de la planète. Bonne nouvelle? Un péril guette cependant : le réchauffement climatique frapperait durement le continent.

La francophonie grimpe dans l’échelle démographique grâce à l’essor du français en Afrique. Selon l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), la population continentale de langue française est passée de 270 à 300 millions en quatre ans et pourrait doubler d’ici 2070.