Pierre et François Lamoureux ont fondé le groupe Brasse Camarade en 1990 avec le batteur Arnold Bondi (mortaise). On les voit ici dans leur studio de production audiovisuelle.
Pierre et François Lamoureux ont fondé le groupe Brasse Camarade en 1990 avec le batteur Arnold Bondi (mortaise). On les voit ici dans leur studio de production audiovisuelle.

Brasse Camarade parmi les géants

Yves Bergeras
Le Droit
LE DROIT (Ontario) – Le trio franco-ontarien Brasse Camarade, fondé en 1990 par François Lamoureux (guitare, saxophone et voix) et Pierre Lamoureux (basse), a connu un immense succès populaire au Canada et à l’international… mais le groupe s’est heurté au Québec à un mur idéologique cimenté par quelques membres de l’intelligentsia radiophoniques qui «n’aimaient pas notre accent» et qui avaient le bras un peu trop long, estiment aujourd’hui les deux frères Lamoureux.

Le groupe a disparu de la circulation au tournant des années 2000, mais les deux frangins ont aussitôt rebondi.

Ils se sont servis de l’expérience acquise au sein du band pour monter aux États-Unis Fogo Labs, une société de production audiovisuelle qui leur a permis de travailler avec les plus grosses pointures de l’industrie musicale.

Ils ont mis en valeur des prestations de Sting, Roger Waters, Pete Townshend (des Who), Leonard Coen, Deep Purple, Billy Talent, Rihanna, Usher, Slipknot, Courtney Love, Lana Del Rey, ou encore Willie Nelson, qui leur a fait confiance dès le début. Sans oublier les Canadiens : le band Rush, qui leur a confié la gestion de toutes ses archives vidéographiques, Rufus Wainwright et l’Ottavienne Alanis Morissette. Ou encore Lynda Lemay et Isabelle Boulay, au Québec. Et ces noms ne sont que le sommet le plus visible de l’iceberg Fogo Labs.

Au passage, les frères Lamoureux ont raflé une quinzaine de trophées. Dont un Grammy en 2009 (pour leur captation du spectacle Zappa Plays Zappa, que Dweezil a consacré à son père Frank), deux Emmy (dont un en 2011 pour la direction musicale du Concert On Broadway de Harry Connick Jr), deux Gemini et deux Juno.

Le groupe Brasse Camarade.

Aujourd’hui, les deux musiciens sont devenus des cinéastes et producteurs influents. Des hommes d’affaires comblés, à la tête d’un petit empire dont les ramifications s’étendent de New York à Nashville, où Pierre a récemment déménagé pour y ouvrir une nouvelle antenne. Et cet empire demeure canadien, puisque sa maison-mère, Cinémusica, a son siège… au Québec, la province même où Brasse Camarade se sentit boudé par l’intelligentsia.

Voilà de quoi faire «un petit velours» à ces deux ex-gamins de Sudbury qui, entre 1991 et 1999, se souviennent avoir donné plus de 500 concerts au Canada et à l’étranger (aux Açores et au Portugal, en France dans le cadre des Jeux de la Francophonie de 1994, et aux États-Unis), sans toutefois réussir à faire au Québec une percée à la mesure de leurs ambitions.

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Le Droit