Patrick Groulx s’en fout drôlement au Shenkman

Jean-Marc Pacelli (L’Orléanais)
L’ORLÉANAIS (Ontario) – C’est un Patrick Groulx en pleine possession de ses moyens qui est monté sur scène les 13 et 14 décembre dernier au Centre des arts Shenkman. De toute évidence, les cinq années sabbatiques qu’il s’était imposées n’ont pas eu d’effets négatifs sur ses capacités à livrer des gags efficaces et surprenants.

Au cours de ce quatrième one-man-show simplement intitulé GROULX, l’humoriste traite du bonheur, plus spécifiquement celui que l’on retrouve lorsqu’on se fout de ce que les autres pensent de nous.

Pendant 80 minutes, sans entracte, Patrick Groulx enfile le plus naturellement du monde plusieurs anecdotes en lien avec ce fil conducteur, en partant du fait que son père aime bien porter des bas blancs, jusqu’à un crescendo qui a fait crouler la salle de rire, alors que le quarantenaire raconte un moment peu flatteur le mettant en vedette, à l’époque des 4-Alogues.

Avant de commencer cette partie du spectacle, l’humoriste a constaté à voix haute que, habituellement, les spectateurs ne connaissent pas ce quatuor franco-ontarien qui a évolué de 1993 à 1997… mais à Orléans, certains spectateurs connaissent personnellement certains d’entre eux!

Parmi ceux-ci, notons la grand-mère de 97 ans de Patrick Groulx, qui fait l’objet d’une blague au cours de la soirée. Cette femme qui suit fièrement la carrière de son petit-fils depuis ses débuts a eu droit à une présentation touchante.

Cette familiarité a donné une toute nouvelle dynamique autant à un spectacle maintes fois présenté en salle, qu’à l’artiste lui-même, donnant l’impression aux spectateurs d’assister à un moment unique : «Quand j’étais jeune, je n’étais pas très bon à l’école… il y en a peut-être qui s’en souviennent», a-t-il déclaré en lançant l’un de ses nombreux regards complices à la foule.

Malgré l’atmosphère plus détendue, l’ancien élève de l’École élémentaire catholique des Pins et du Collège catholique Samuel-Genest a livré une performance sans faute au cours de laquelle il a abordé des sujets dans lesquels tous peuvent se reconnaitre, entre autres les enfants, la séparation, et les beuveries qui tournent mal.

Bref, aucun pan de sa vie riche en rebondissements n’est épargné et le tout est livré sans aucune pudeur. On n’a qu’à penser à ses efforts impressionnants et créatifs pour manger du McDonald’s en pleine nuit à Thetford Mines ou à son désir d’être couronné le king des 4-Alogues en relevant un défi qui a achevé plusieurs spectateurs qui riaient déjà à gorge déployée.

Cette dernière partie de la soirée vient d’ailleurs rendre explicite le fait que le spectacle est fortement suggéré à un public de 16 ans et plus.

Quasiment dénué d’un décor, il ne fait aucun doute que GROULX est un spectacle qui plaira à tous les amateurs de standup pur et que le principal intéressé est d’une efficacité redoutable lorsqu’il est armé d’un micro, réussissant à établir un bel équilibre entre moments touchants et crus.

GROULX sera présenté en supplémentaire le 11 décembre 2020. Les billets sont actuellement en vente au mifo.ca/spectacles ou à la billetterie du Centre des arts Shenkman.


Consultez le site du journal L’Orléanais.