De gauche à droite : Lionel, Albin et Alfred, les frères Arsenault.
De gauche à droite : Lionel, Albin et Alfred, les frères Arsenault.

Le chemin de Compostelle, mais à l’Î.-P.-É.

Marcia Enman
La Voix acadienne
LA VOIX ACADIENNE (Île-du-Prince-Édouard) – Il y a eu un changement de plan pour Alfred Arsenault, d’Abram-Village, et son frère, le père Albin Arsenault, curé à Palmer Road, quant à leur 2e pèlerinage de marche prévu pour un départ de la France sur le chemin de Compostelle. Les deux jeunes hommes, qui soulignaient en même temps le 70e anniversaire d’Alfred, avaient leur billet d’avion réservé pour le 28 aout et devaient commencer leur marche quelques jours après.

À cause de la pandémie de COVID-19, ils ont dû annuler leurs vols. Refusant de lâcher leur plan totalement, Alfred et Albin se sont dit : pourquoi ne pas marcher dans l’est de l’Ile? Ce qu’ils ont fait pendant quatre jours à partir du lundi 14 septembre.

En plus, puisque la marche s’est faite à l’Île-du-Prince-Édouard, leur autre frère Lionel, qui habite au Nouveau-Brunswick, a été capable de les accompagner.

«Lionel a amené sa roulotte afin que l’on ait un endroit pour coucher, sachant qu’il n’y aurait pas toujours d’hébergements disponibles, encore une fois à cause de la COVID-19», souligne Alfred Arsenault.

Les frères Arsenault ont choisi de faire leur départ à la pointe de Souris en passant par New Zealand, ils ont suivi la côte jusqu’à Dundas.