Le festival Poutine Feast veut utiliser la poutine pour «unir notre pays». Le site Web du festival ambulant présente une pétition afin que le plat né au Québec devienne le mets national du Canada.
Le festival Poutine Feast veut utiliser la poutine pour «unir notre pays». Le site Web du festival ambulant présente une pétition afin que le plat né au Québec devienne le mets national du Canada.

La poutine devrait-elle devenir un mets national?

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
LE VOYAGEUR (Sudbury) – Le festival Poutine Feast veut utiliser la poutine pour «unir notre pays». Le site Web du festival ambulant présente une pétition afin que le plat né au Québec devienne le mets national du Canada. La pandémie a cependant mis des bâtons dans les roues de la promotion de l’idée.

Brian Presley, responsable marketing du Poutine Feast, espérait profiter de l’été 2020 pour faire valoir cette idée dans les communautés visitées par le festival – dont Espanola, North Bay, Parry Sound et Sault-Ste-Marie dans le Nord. Par conséquent, la pétition ne compte pour le moment que 94 signatures.

La pandémie a forcé l’entrepreneur à réévaluer ses plans pour l’année prochaine. Il aimerait néanmoins sensibiliser les Canadiens au sujet de l’initiative. Il entend recueillir d’autres signatures lorsque les grands rassemblements seront à nouveau permis.

«Une pétition, c’est l’une des meilleures façons de démontrer aux élus l’appui des gens pour cette initiative. J’ai communiqué avec chaque député pour les renseigner sur nos démarches et je vais faire un suivi avec eux dès que nous serons autorisés de reprendre notre tournée», indique M. Presley.

«La poutine est un plat uniquement canadien qui apporte des sourires sur les visages des gens. La poutine rassemble les gens et nous avons plus d’une cinquantaine de variétés. Malgré qu’elle ait été inventée [au Québec], des gens d’un bout à l’autre du pays aiment ce plat réconfortant et unique. Alors, pourquoi ne pas rendre la poutine mets officiel du Canada?»