Josée et Linda, son lama de 4 ans.
Josée et Linda, son lama de 4 ans.

Josée Gautreau fait tourner les têtes avec ses lamas et ses alpagas

Claire Lanteigne
Initiative de journalisme local — APF — Atlantique
Voir des lamas et des alpagas se promener le long de la plage à Grand-Barachois n’est pas une scène quotidienne. Mais depuis que Josée Gautreau, de Haute-Aboujagane au Nouveau-Brunswick, a fait l’acquisition de deux lamas et de deux alpagas, elle les sort régulièrement pour des promenades, au grand plaisir des gens qui les rencontrent.

Originaire de Dieppe, la jeune femme de 26 ans est en amour avec les animaux. «Je suis la seule de la famille à avoir cette passion», dit-elle. 

Elle fait de l’équitation depuis l’âge de huit ans. Sa mère lui avait dit que si elle voulait un cheval, il fallait qu’elle le paie elle-même. «Alors j’ai fait tout ce que j’ai pu pour ramasser de l’argent, raconte-t-elle, soit en faisant du ménage, en cumulant des cadeaux reçus, etc.. J’ai acheté mon premier cheval – Doc (tout brun) en 2008, alors que j’étais en 8e année.» Depuis, Josée a fait l’acquisition de deux autres chevaux. 

En 2018, elle fait l’acquisition d’une propriété de huit acres à Haute-Aboujagane, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, et s’y installe. Des sentiers parcourent son terrain et elle souhaite y organiser des promenades avec les animaux. Elle a plein d’idées pour organiser des activités familiales avec les lamas et les alpagas que ce soit le long de la mer, de la rivière ou dans les sentiers de sa propriété. 

Josée a reçu la confirmation de la province du Nouveau-Brunswick qu’elle peut se balader sur la plage avec ses animaux. Elle attend la confirmation écrite qui lui permettra aussi de les promener le long de la rivière près du Club chasse et pêche de Haute-Aboujagane.

Josée, deuxième à partir de la gauche, et ses amies promènent les lamas et les alpagas le long de la plage de Grand-Barachois, pour le plus grand plaisir des résidents et des résidentes.

Des bébés lamas en vue

Quand elle se promène accompagnée de ses lamas et de ses alpagas, elle ne passe pas inaperçue. «Les animaux sont curieux et ils viennent facilement à toi si tu leur offres de la nourriture, surtout la plus gourmande, Pearl.»

Esthéticienne de profession, elle s’investit à fond dans sa passion. Elle a toujours voulu avoir des animaux. De retour à la maison, après sa journée le travail, leur donne les soins nécessaires. En attendant de pouvoir tirer des revenus de sa ferme, elle investit toutes ses économies dans les soins de ses animaux.

Josée a acheté ses deux alpagas âgés de six mois en 2018 ; elle pouvait alors se promener avec eux et ses deux chiens dans l’auto pour aller à la plage. Pearl, la plus amicale, et Luna sont nées à une semaine d’intervalle. L’hiver dernier, elle a acheté deux lamas à Moncton : Linda et Brenda.

Un coucher de soleil à Grand-Barachois.

Linda, quatre ans, est enceinte et devrait accoucher d’ici janvier. Brenda aura un an en juillet. Toutes deux ont été élevées avec d’autres animaux et n’avaient jamais été en compagnie d’êtres humains avant que Josée en fasse l’acquisition. Il a donc fallu qu’elle les dresse chaque jour pour les habituer à vivre avec des humains.

Lors de la rencontre sur la plage, Josée s’apprêtait à raser les lamas pour l’été. Il faut les raser une fois par année. Parmi ses projets, Josée aimerait vendre la laine, qui est très recherchée. 

Elle accueillera prochainement deux émeus qui lui ont été offerts par une de ses meilleures amies comme cadeau d’acquisition de sa nouvelle propriété. Ils seront logés dans une petite grange clôturée. Mais ce sera tout pour l’instant pour ce qui est d’acquérir d’autres animaux : «Lorsque la situation reviendra à la normale et selon leur popularité, je pourrai acheter d’autres lamas et des alpagas», souligne la jeune passionnée des animaux.