Running Piece, du Fransaskois Jacques Poulin-Denis, a été présenté le 26 juin 2018 au 12e Festival international de danse contemporaine de la Biennale de Venise. Sur la photo : Manuel Roque (danseur/coureur).
Running Piece, du Fransaskois Jacques Poulin-Denis, a été présenté le 26 juin 2018 au 12e Festival international de danse contemporaine de la Biennale de Venise. Sur la photo : Manuel Roque (danseur/coureur).

Des artistes visuels sous-représentés à l’étranger?

Jean-Philippe Deneault
L’Eau vive
Pour rayonner au-delà de leurs frontières, les artistes ont besoin d’accéder à des vitrines internationales. Si peu d’entre eux réussissent à franchir le cap, ils sont encore moins nombreux dans les communautés minoritaires. Les artistes visuels francophones de l’Ouest canadien manquent-ils de visibilité et de place dans les évènements internationaux?

L’artiste multidisciplinaire Zoé Fortier le pense. De retour d’une invitation au Mexique fin octobre dans le cadre du festival d’arts interdisciplinaires Simbiosis, la Fransaskoise occupe une place de choix pour témoigner au nom des artistes visuels franco-canadiens : «Ils sont sous-représentés comme produit d’exportation culturel canadien», lance-t-elle.

Ces derniers seraient confrontés à une absence de contacts, de réseau ou même de sensibilité à l’égard de leur travail, souligne l’artiste originaire de Zénon Park. Zoé Fortier appelle ainsi à plus d’efforts : «Il faut que les opportunités soient amplifiées pour les artistes visuels provenant des communautés de langue officielle en situation minoritaire.»


Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal L’Eau vive