Génocide. L’eau et l’électricité