Plonger la tête la première dans le français, à la fois amusant et bénéfique

La Voix acadienne, IPÉ. Dans une grande journée d’activités organisée par Le français pour l’avenir, des élèves de la 9e à la 12e année ont constaté que le français, c’est bien plus qu’une matière scolaire.

Une grande journée d’activités en français à l’intention des élèves de la 9e à la 12e année avait lieu le 8 mai au Holland College de Charlottetown. Les participants ont pu échanger et participer à une foule d’ateliers d’improvisation et de leadeurship ainsi qu’à une aventure culinaire.

 

Ericka Muzzo (La Voix acadienne)

 

La Voix acadienne, IPÉ. Dans une grande journée d’activités organisée par Le français pour l’avenir, des élèves de la 9e à la 12e année ont constaté que le français, c’est bien plus qu’une matière scolaire.
Le conférencier Mathieu Gingras était l’invité d’honneur. Il s’est adressé aux élèves pour leur faire part de sa passion pour le français et des possibilités qu’offre la francophonie à travers le monde. Photo : Éricka Muzzo, avec l’autorisation de La Voix acadienne

Surtout, ils ont pu constater que le français, c’est bien plus qu’une matière scolaire.

Depuis plusieurs années, l’organisme de bienfaisance «Le français pour l’avenir» organise des forums locaux dans plus d’une quinzaine de villes canadiennes. «L’objectif, c’est de fournir une activité en français amusante et interactive. On veut sortir les élèves de la salle de classe et faire passer le message que le français, c’est aussi toute une culture, des films, de la musique, etcétéra», explique le coordonnateur de l’évènement, Maxime Bourgeois.

«Le français pour l’avenir» a été créé en 1997 à la suite du deuxième référendum québécois. «Des Torontois très impliqués dans la communauté francophone ont réalisé que les Québécois ne se sentaient pas inclus dans le pays, et qu’à l’inverse les habitants des autres provinces et territoires ne connaissaient pas, ou mal, leur communauté francophone. On veut aider les jeunes à les découvrir», enchaine l’organisateur.

 

Lire l’article dans son intégralité sur le site de La Voix acadienne