Pascale Marceau Une première femme escalade une montagne subarctique en hiver

Le Voyageur, ON. Pascale Marceau, un ex-Sudburoise habitant en Alberta, est devenue la première femme à escalader une montagne subarctique l’hiver. Elle a grimpé le mont Wood au Yukon au début du mois de mars.

Une ancienne Sudburoise, habitant maintenant à Canmore en Alberta, est devenue la première femme à escalader une montagne subarctique en hiver. Pascale Marceau a grimpé le mont Wood au Yukon au début du mois de mars avec son partenaire Lonnie Dupré, un expert en ascensions polaires.

 

Mark Robinson (Le Voyageur)

 

Le Voyageur, ON. Pascale Marceau, un ex-Sudburoise habitant en Alberta, est devenue la première femme à escalader une montagne subarctique l’hiver. Elle a grimpé le mont Wood au Yukon au début du mois de mars.
Pascale Marceau et Lonnie Dupré ont pris le temps de célébrer à leur retour au camp de base. Photo : avec l’autorisation de Pascale Marceau

Mme Marceau se prépare depuis longtemps à ce genre d’expédition. «J’ai commencé avec des randonnées dans des sentiers locaux, j’ai progressé avec des trajets plus longs autour du pays ainsi que des ascensions lors des voyages de ski. C’était une progression vers ce que j’ai accompli maintenant».

Le mont Wood, situé dans la chaine de montagnes Saint Elias, fait partie de la réserve et du parc national de Kluane, au Yukon. Au rang des sommets du Canada, la montagne se classe au 6e rang, à 4842 mètres.

Avant leur arrivée, le couple caressait un projet bien différent. «Notre premier but était de grimper le mont Lucania, le 3e plus haut mont au Canada [5260 m]. Notre plan était de retourner via une nouvelle voie qu’on a découverte l’an dernier».

Cette montagne, aussi située dans le parc national Kluane, n’était cependant pas accessible avant le 4 mars. «Ça nous donnait seulement 16 jours à grimper avant la fin d’hiver. Notre route prendrait environ 25 jours.» Ils ont donc cherché une autre voie à suivre. Celle du mont Wood était la plus courte et la plus sécuritaire.

 

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Le Voyageur.