Un drone à la maison ou sur vos fermes? Les lois vont changer.

Les drones ont connu une poussée de croissance magistrale dans les dernières années. Pour le plaisir ou pour le travail, plusieurs individus commencent à apprécier de plus en plus ces petites bêtes mécaniques. En agriculture, les drones font leur place et ont le potentiel d’aider les producteurs en plus de récolter de bonnes données. Que ce soit pour une imagerie satellite, un relevé topographique du sol ou encore le taux de mauvaises herbes dans un champ, les possibilités sont infinies. Depuis janvier dernier cependant, le ministère des Transports du Canada a renforcé les lois concernant leur utilisation.

 

Roxanne Lormand (Agricom)

 

Tous les propriétaires de drones devront se conformer aux nouvelles règles de Transports Canada qui entreront en vigueur dès le 1er juin 2019. Photo : pixabay

Tous les propriétaires de drones pesant entre 250 g et 25 kg, faisant voler dans leur champ de vision direct, que ce soit pour le plaisir, le travail ou la recherche devront se conformer aux règles qui entreront en vigueur le 1er juin 2019. Transports Canada est résolu à améliorer la sécurité de l’aviation et du public.

 

Des restrictions

Premièrement, la nouvelle loi oblige les pilotes à se munir d’un certificat de pilote qu’ils peuvent obtenir grâce à un examen en ligne. Ensuite, ils doivent faire immatriculer leur drone et marquer l’immatriculation sur le drone. La nouvelle règlementation obligera aussi les pilotes à garder leur appareil à une altitude maximale de 122 m (400 pi) du sol et à rester loin du trafic aérien.

 

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Agricom.