Assemblée parlementaire de la Francophonie : Promouvoir, développer, réseauter

Après plus de 50 ans d’existence, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie fait toujours la promotion de la culture française, mais s’adapte aux nouvelles réalités sociales et technologiques.

 

André Magny (Francopresse)

 

Sylvie Boucher, à l’avant-plan, lors de la 44e session de l’APF, en juillet 2018 à Québec. Photo : avec l’autorisation du bureau de la députée.

Plus d’une cinquantaine de parlements, là où la langue française est langue officielle, langue d’administration ou langue d’usage comme la Belgique, le Cambodge, le Canada, le Québec, le Nouveau-Brunswick, mais aussi la Nouvelle-Écosse ou encore l’Ontario. À cela s’ajoute une quinzaine de parlements où les États ou les territoires font usage du français et encouragent son enseignement, comme dans le canton de Genève, en Bulgarie, en Pologne, mais aussi en Alberta, en Colombie-Britannique, à l’Île-du-Prince-Édouard et en Saskatchewan. Enfin, 19 parlements observateurs comme la Catalogne, la Lettonie, la Louisiane, le Maine ou le Mexique. L’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) ratisse large.

Contrairement à ce que les gens pourraient croire, c’est l’APF — autrefois l’Association internationale des parlementaires de langue française (AIPLF) —, qui insistera pour la création en 1970 de ce qui deviendra l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). L’APF est l’instance la plus ancienne d’envergure internationale de la Francophonie. Le Français Jacques Krabal en est le secrétaire général.

 

Délégation canadienne

Côté canadien, le député néoécossais Darrell Samson préside aux destinées du groupe parlementaire canadien formé d’une dizaine de personnes, à la fois des députés et des sénateurs.

Pour celui qui est tombé dans la marmite de la défense des francophones dès son jeune âge (son père s’est battu pour les écoles françaises au pays d’Évangéline), il était normal de se joindre à un tel groupe de parlementaires francophones.

Le député libéral de Sackville-Preston-Chezzetcook en Nouvelle-Écosse est d’avis que la délégation canadienne réussit à « sensibiliser d’autres pays dans divers domaines, comme le respect les droits des LGBTI. » Les parlementaires membres de l’organisme s’intéressent aussi à des dossiers comme la cyberviolence dont souffrent les femmes et les enfants, la mobilité étudiante au sein des États membres ou encore le déploiement du programme NORIA.

Ce dernier met notamment l’accent sur la traduction des sites internet des parlements dont le français est modérément répandu et sur le développement de réseaux professionnels (webmestres, documentalistes) au sein des parlements membres pour faciliter les échanges d’informations et enfin, sur l’appui à la mise en réseau de divers services liés à l’information législative.

 

Le français avant tout

L’ancien directeur général du Conseil scolaire acadien provincial rappelle que le groupe parlementaire canadien travaille d’abord et avant tout pour la francophonie, ce qui va au-delà des clivages politiques. D’ailleurs, lors des derniers évènements en Ontario concernant la création d’une université francophone, « j’ai prononcé une déclaration d’appui pour les droits des Franco-Ontariens » qui fut soutenue non seulement par des membres comme le Québec et la Nouvelle-Écosse, mais aussi par l’ensemble des parlementaires de l’APF.

 

Place aux femmes

Au début de la semaine, la réunion du réseau des femmes de l’APF, réalisée à l’invitation de l’Assemblée nationale du Vietnam, a retenu l’attention à Hanoï et a permis de brosser un portrait de la situation des droits des femmes et des filles en Asie, particulièrement au Vietnam.

Le Réseau a ensuite fait le suivi sur différents projets tels l’autonomisation des femmes à l’ère du numérique, la cyberviolence, les besoins en santé des réfugiées ainsi que la traite transnationale des femmes et des filles dans l’espace francophone.

Jointe tout juste avant son départ pour la capitale vietnamienne, la députée fédérale conservatrice de Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d’Orléans-Charlevoix et membre de l’APF depuis 2015, Sylvie Boucher, disait estimer que l’action du Réseau des femmes parlementaires permet des avancées pour les femmes en milieu défavorisé, isolé et à risque. « Par contre, disait-elle, il faut comprendre que tous les pays qui y participent ne sont pas développés ni outillés au même niveau en matière de protection des femmes et des enfants. Cela fait en sorte qu’il est parfois difficile de faire progresser les choses au rythme souhaité, mais nous devons respecter l’indépendance et les possibilités de chaque pays. »

Depuis son engagement au sein de l’APF, la députée québécoise s’est particulièrement attardée aux besoins en santé des femmes et des filles réfugiées ainsi qu’à la cyberviolence. « Ces sujets occupent l’entièreté de mon implication et de mes responsabilités au sein du Réseau des femmes. »

Mais est-ce qu’un réseau comme celui des femmes parlementaires de l’APF permet vraiment de nouer des liens qui sont ou qui seront profitables pour les femmes francophones canadiennes? « De toute évidence, oui, croit Sylvie Boucher. Au-delà des sujets des travaux sur lesquels nous devons nous pencher, nos rencontres et nos échanges traversent la limite de nos frontières et nous possédons le même dénominateur commun; celui d’améliorer la qualité de vie des femmes et des enfants de partout dans le monde dans l’espoir que les femmes et les enfants issus de milieux défavorisés, isolés ou à risque des générations futures puissent bénéficier d’un avenir plus sûr et plus prometteur. Je dois dire que je suis très fière des travaux réalisés et que je suis motivée pour la suite des choses. »