Rendez-vous de la Francophonie 2019. Rires en vue au Centre des Grands-Vents le 8 février

Prélude aux Rendez-vous de la Francophonie (RVF) 2019 et à leurs dizaines d’activités à Terre-Neuve-et-Labrador en mars, la Tournée Juste pour rire des RVF fait escale à Saint-Jean, Terre-Neuve, le 8 février avant de se diriger en Nouvelle-Écosse, en Alberta, au Yukon, en Ontario… Avant-goût des rires à venir avec le quatuor d’humoristes qui feront leurs blagues en français.

 

Maude-Julia Blanchet (Le Gaboteur)

 

Le Gaboteur, TNL. Prélude aux Rendez-vous de la Francophonie 2019 de mars, la Tournée Juste pour rire fait escale à Terre-Neuve-et-Labrador et en Nouvelle-Écosse. Avant-goût avec le quatuor d’humoristes qui feront leurs blagues en français.
Alexandre Bisaillon. Photo : avec l’autorisation de Juste pour rire

Alexandre Bisaillon

Franco-Ontarien vivant à Ottawa, Alexandre Bisaillon n’a pas tardé à fouler les planches au Québec après l’obtention de son diplôme de l’École nationale de l’humour de Montréal. Ayant lui-même commencé à faire rire dès le secondaire, il est maintenant le porte-parole du Concours LOL – Mort de rirequi a pour mission de multiplier les occasions pour les francophones de 14à 18 ans qui veulent se démarquer sur la scène de l’humour en Ontario.

 

Quel est ton style d’humour?

Je mets en scène un personnageà la fois énergique, absurde et angoissé qui a l’allure un peu cartoonesque.Je traite beaucoup de ma réalité personnelle. Étant hypocondriaque, j’aime écrire sur l’anxiété et les bulles de folies que l’on peut vivre.

Quels humoristes t’inspirent?

Au Québec, Louis-José Houde et Dominique Paquet sont des humoristes qui m’inspirent.  Plus jeune, j’étais un fan de Rowan Atkinson, Mr. Bean et Jim Carrey. Ils m’ont beaucoup marqué.

Que représente cette tournée dans ton parcours?

Comme je suis membre d’une minorité linguistique, cette série de spectacles me touche directement.  Lorsqu’on fait carrière en français et que l’on vit en  Ontario, une tournée comme celle-là rend lesopportunités francophones pancanadiennes réelles. Ça m’enthousiame de pouvoir y participer et de contribuer à l’offre culturelle en français dans des communautés où les francophones sont en minorité.

 

Lire l’ensemble des entrevues sur le site du journal Le Gaboteur.