Création d’une Assemblée nationale acadienne. La Société nationale de l’Acadie n’embarque pas

Francopresse. Un nouvel organisme réveille le projet d’autonomie acadienne dans l’Atlantique. Mais la Société nationale de l’Acadie, fondée en 1881 pour défendre les droits, ne voit pas la nécessité de créer une telle assemblée nationale.

Alors que le déclin du mouvement souverainiste se confirme au Québec, un nouvel organisme réveille le projet d’autonomie acadienne dans l’Atlantique. Il se donne deux ans pour définir la gouvernance d’une Assemblée nationale acadienne (ANA) et pour consulter la population. Mais selon la Société nationale de l’Acadie, fondée en 1881, il n’y a pas d’appétit pour cette démarche.

 

Jean-Pierre Dubé (Francopresse)

 

« C’est une initiative qu’on va suivre de près, estime la présidente de la Société nationale de l’Acadie (SNA), Louise Imbeault. Que des gens choisissent d’examiner une autre proposition, c’est tout à fait légitime, mais ça ne correspond pas à une volonté des (huit) groupes qu’on représente (dans les quatre provinces). On a plus besoin de concertation qu’une autre structure. »

La réaction générale du leadeurship ne démonte pas Daniel LeBlanc, l’instigateur de Nation Prospère Acadie, la société sans but lucratif responsable du projet d’ANA. « C’est une démarche citoyenne et on a consulté les organismes. Ils ont des mandats assez remplis.

« Quand on est financé par les gouvernements, il y a des sensibilités lorsqu’on parle d’autonomie politique. On a conclu que c’était à l’avantage de tous de poursuivre avec une démarche parallèle. »

 

Inquiétudes par rapport au statuquo

Depuis les années 1970, les diverses tentatives pour définir un modèle de gouvernance acadienne n’ont pas abouti, note le porte-parole. « L’Acadie est en suspens depuis cette période, mais le sentiment national est encore là, soutient-il. Il y a des inquiétudes par rapport au statuquo. »

La démarche a été lancée avant les élections de l’automne dernier au Nouveau-Brunswick, marquées par la défaite d’un gouvernement dominé par des Acadiens. C’était bien avant la décision de Fredericton de couper le financement d’un évènement d’envergure prévu pour 2021 à Moncton/Dieppe.

À ce propos, Daniel LeBlanc cite les paroles de l’ancien ministre et ombudsman Bernard Richard, coprésident (avec l’avocat Pierre Foucher) de la Commission sur la gouvernance du nouvel organisme, lors de sa nomination. « Les Jeux de la Francophonie ont été proposés par les Acadiens et ce sont les anglophones qui ont décidé de les annuler. C’est l’exemple d’un manque. Peut-être que les Acadiens vont reconnaitre les limites de leur pouvoir. »

 

Francopresse. Un nouvel organisme réveille le projet d’autonomie acadienne dans l’Atlantique. Mais la Société nationale de l’Acadie, fondée en 1881 pour défendre les droits, ne voit pas la nécessité de créer une telle assemblée nationale.
Selon la présidente Louise Imbeault, la Société nationale de l’Acadie a déjà entamé une réflexion sur l’avenir et tiendra « probablement des États généraux ». Photo : compte Twitter SNA

« Je n’ai pas vu de manque »

Louise Imbeault rétorque : « Je n’ai pas vu de manque quelque part. Les personnes engagées dans les structures acadiennes ont les mains pleines à faire avancer les dossiers. C’est la même chose pour la SNA, on est pleinement engagé dans l’avancement du peuple acadien. »

La présidente rappelle le mandat de concertation de la SNA pour les communautés acadiennes de l’Atlantique et le rôle des membres porte-parole, responsables de la représentation politique dans chacune des provinces.

« Nos membres s’occupent de parler à leurs gouvernements respectifs, étoffe-t-elle. Mais est-ce qu’on a besoin d’une autre association politique? Personne à ma connaissance dans les organismes n’a montré d’appétit pour ça. »

Louise Imbeault reconnait toutefois que l’idée d’un organisme plus politique revient périodiquement. « La base en a discuté, mais quand vient le moment de décider, ce n’est pas ce qui est retenu. »

 

Une équipe qui joue sur la défensive?

Daniel LeBlanc tire une tout autre conclusion. « Notre observation de la situation, c’est que l’Acadie joue défensivement. On est là pour défendre les droits et on a le droit d’aller en cour. Mais si je fais l’analogie avec le sport, on sait qu’une équipe ne gagne pas en jouant défensivement. Il faut aussi avoir un plan offensif.

« Notre démarche est de trouver une façon de prendre contrôle de la glace et de marquer des buts, avec des succès dans les régions. On veut faire ce projet en collaboration avec les Premières Nations et les communautés anglophones avec qui on partage le territoire. »

Il faut faire face à la réalité, selon lui. « Le mouvement souverainiste au Québec s’est essoufflé sans atteindre son but. Ce fut un combat qui a créé des divisions et la solution avancée est le bilinguisme. » La Loi sur les langues officiellesn’aurait toutefois pas protégé les communautés minoritaires ni produit une société bilingue.

« Le constat est qu’il faut probablement aller chercher d’autres outils pour permettre aux Acadiens de s’épanouir. » Les fondateurs de l’ANA proposent une forme d’autonomie régionale.

 

Francopresse. Un nouvel organisme réveille le projet d’autonomie acadienne dans l’Atlantique. Mais la Société nationale de l’Acadie, fondée en 1881 pour défendre les droits, ne voit pas la nécessité de créer une telle assemblée nationale.
Daniel LeBlanc est l’instigateur et le gestionnaire de Nation Prospère Acadie, la société sans but lucratif responsable du projet d’Assemblée nationale acadienne. Photo : avec l’autorisation de Daniel LeBlanc

Une recherche suivie d’États généraux

Daniel LeBlanc précise le projet : « Une administration acadienne disposerait de divers pouvoirs pour veiller aux intérêts propres du peuple acadien habitant le Canada atlantique, en matière d’aménagement du territoire, de développement économique régional, d’immigration, de culture ou de protection du patrimoine. »

Que veut le peuple? Le nouvel organisme a réuni un groupe de chercheurs pour alimenter la réflexion des commissions. Des consultations sont prévues en aout prochain au 6e Congrès mondial acadien.

 

La Commission de l’ANA, c’est qui?

Outre deux membres du Bureau de direction de l’organisme, l’avocat Michel Cyr et l’ancien sous-ministre Roger Doucet, les participants aux travaux sont les sociologues Michelle Landry et Mathieu Wade, le politicologue Christophe Traisnel, l’historien Léon Thériault, l’avocat Réjean Aucoin et la chroniqueuse Rosella Melanson.

 

La Commission de l’ANA ne sera pas seule à sonder les congressistes : la SNA sera également sur les lieux. « Que des chercheurs s’intéressent à cette réflexion, concède Louise Imbeault, c’est fort utile. Mais la SNA est déjà en train de le faire avec l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques. »

L’Institut situé à l’Université de Moncton aurait déjà entamé une étude sur l’état de la situation en vue d’un rapport en 2020. Cette recherche serait « probablement suivie d’États généraux, informe la présidente. Ça fait partie du plan d’action de la SNA. »