Les minorités visibles dans la fonction publique fédérale : perceptions et réalités

On m’a souvent demandé s’il était facile pour un immigrant d’obtenir un poste dans la fonction publique fédérale. Après avoir décroché des emplois dans trois ministères et observé le parcours d’autres minorités visibles (MV), je peux déboulonner un premier mythe : les minorités visibles ne jouissent pas d’un statut préférentiel pour accéder aux emplois dans la fonction publique fédérale.

 

Angélique Ruzindana Umunyana (L’Aquilon)
L'Aquilon, TNO. Angélique Ruzindana Umunyana a souvent été questionnée sur l’accès des immigrants aux emplois dans la fonction publique fédérale. Elle souhaite déboulonner un mythe : ils ne jouissent pas d’un statut préférentiel.
Angelique Ruzinanda Umunyana. Photo : avec l’autorisation de L’Aquilon

Les gens confondent les programmes d’équité en matière d’emploi avec un système de quotas d’embauche qui assurerait un certain nombre de recrues dans les groupes traditionnellement désavantagés : les peuples autochtones, les femmes, les personnes vivant avec un handicap et les personnes racialisées. Les politiques d’équité sont des mesures visant à éliminer les barrières discriminatoires et instaurer des pratiques plus inclusives pour permettre aux personnes qualifiées de participer pleinement au marché du travail.

 

Un autre mythe 

Les mesures d’équité en emploi favoriseraient le recrutement d’employés non qualifiés pour améliorer les statistiques des organisations qui ont du retard à rattraper pour avoir un effectif représentatif de la population canadienne. La Loi sur l’équité en matière d’emploi englobe la reconnaissance des compétences et du mérite dans le principe de l’équité en matière d’emploi.

 

Lire la chronique complète dans L’Aquilon.