Les parents anglophones veulent s’impliquer dans l’école française

La Voix acadienne, IPÉ. Les parents anglophones veulent accompagner leurs enfants qui étudient en français, mais ne savent pas toujours comment. La Commission nationale des parents francophones s’est intéressée à eux.

Les parents anglophones sont de plus en plus nombreux à opter pour l’école en français. Pour mieux comprendre leurs besoins, la Commission nationale des parents francophones les a sondés. Les résultats préliminaires démontrent une réelle volonté d’accompagner leurs enfants.

 

La Voix acadienne, IPÉ. Les parents anglophones veulent accompagner leurs enfants qui étudient en français, mais ne savent pas toujours comment. La Commission nationale des parents francophones s’est intéressée à eux.
Aujourd’hui parfaitement bilingues, les enfants de Tina McInnis se réjouissent de pouvoir poursuivre leurs études dans la langue de leur choix. Photo : La Voix acadienne, Ericka Muzzo
Ericka Muzzo (La Voix acadienne)

 

L’accompagnement par les parents anglophones dans des études faites en français se révèle toutefois complexe, en particulier pour les parents qui ne parlent pas du tout le français. « À l’Île, plusieurs ont des racines acadiennes, mais ont été assimilés dans les années 50-60. Ils veulent redonner la chance à leurs enfants d’être en contact avec cette culture et d’avoir plus d’opportunités grâce au bilinguisme », constate la docteure Mary MacPhee, qui a défendu en février dernier une thèse intitulée « L’expérience des parents non francophones ayant des enfants dans des écoles de langue minoritaire à l’Île-du-Prince-Édouard : une étude à méthode mixte ».

 

Lire l’article complet sur le site de La Voix acadienne.