Palmarès Francopresse. Deux personnalités de l’Atlantique dans le Top 10

Le 4e palmarès de dix personnalités influentes de la francophonie canadienne fait la part belle à deux acteurs du Nouveau-Brunswick : Serge Brideau et Louise Imbeault. Deux militants applaudis pour le rayonnement et l’épanouissement qu’ils apportent à l’Acadie.

 

Lucas Pilleri (Francopresse)

 

Lancé en 2015, le Palmarès Francopresse rend hommage à des personnalités influentes de la francophonie canadienne. Si l’Ontario français domine logiquement le classement cette année, l’Est n’a pas à pâlir.

 

Une force vive acadienne

Serge Brideau. Photo : Acadie Nouvelle

Le premier à recevoir les lauriers est Serge Brideau, meneur du groupe de rock alternatif Les Hôtesses d’Hilaire, originaire de Moncton. Personnage haut en couleur, ce barbu se fait remarquer depuis quelques années pour ses prouesses scéniques, son humour et sa parole libérée.

Ancien ambulancier pendant 16 ans et porte-parole syndical, la vedette acadienne n’est pas vocale que sur scène. Serge Brideau a déjà livré plusieurs témoignages sur la détresse mentale des ambulanciers et a pris aussi publiquement la défense des musiciens canadiens à l’ère du numérique. Polyvalent, il s’est même lancé dans l’humour avec un premier spectacle en 2017.

 

Impact sur la vie culturelle et sociale

Louise Imbeault,. Photo : Moniteur acadien

Dans un tout autre registre, Louise Imbeault est reconnue pour son engagement dans la communauté acadienne. Ancienne journaliste à la SRC, elle a terminé en beauté une carrière de 30 ans en tant que directrice de Radio-Canada Acadie en 2011. Aujourd’hui élue au poste de présidente de la Société nationale de l’Acadie (SNA), la native de Moncton poursuit sa vocation de militante.

Louise Imbeault est sur tous les fronts : elle est la propriétaire de la maison d’édition jeunesse Bouton d’or Acadie, elle est membre du conseil d’administration du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick (RFNB) et elle est la Chancelière de l’Université de Moncton depuis 2018. Son impact sur la vie culturelle et sociale acadienne est incontestable.

 

Les autres lauréats

En Ontario, les deux champions de la résistance Amanda Simard et Carol Jolin sont couronnés pour leur mobilisation face aux décisions anti-francophones du gouvernement Ford. En outre, le jeune Franco-Ontarien William Burton est récompensé pour son réveil salutaire faisant suite à l’affaire Bombardier.

14 000 manifestants se sont rassemblés en près de 50 lieux, ai Canada, le 30 novembre et le 1er décembre. Photo : Le Droit

Fait inédit, les 14 000 manifestants protestant le 1er décembre contre les attaques du premier ministre ontarien font partie de ce 4e palmarès Francopresse. C’est la première fois qu’un mouvement collectif est ainsi désigné.

Dans le Nord canadien, le palmarès salue 15 ans de luttes scolaires menées par Yvonne Careen. La directrice générale de la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO) a réussi à obtenir après des années de batailles judiciaires un gymnase flambant neuf pour l’École Allain St-Cyr de Yellowknife, une victoire dont le symbole peut aussi résonner dans d’autres provinces qui cherchent de nouvelles installations scolaires.

Dans l’Ouest, c’est la relève qu’on applaudit avec le Métis franco-manitobain Justin Johnson. Militant convaincu, le jeune homme de 26 ans cumule les responsabilités en tant que directeur général de l’Association des municipalités bilingues du Manitoba (AMBM) et vice-président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA).

Enfin, la Fransaskoise Anne Leis complète le classement pour l’Ouest. Fervente défenseuse d’une communauté francophone en pleine santé depuis les années 1990, celle qui est présidente nationale de la Société Santé en français (SSF) s’engage pour le bien-être des populations francophones et acadiennes vivant en milieu minoritaire.

Finalement, la chroniqueuse Chantal Hébert est saluée pour la visibilité qu’elle apporte aux francophones dans les médias de tous horizons.