Les secrets de l’impérissable : Casse-Noisette

La Liberté, Man. Une tradition de Noël : les danseurs du Ballet royal de Winnipeg présentent jusqu’au 29 décembre le célèbre ballet Casse-Noisette, qui a plus de 100 ans. Le directeur artistique André Lewis partage l’histoire de ce spectacle.

Tout juste revenus d’une tournée nord-américaine de trois semaines, les danseurs du Ballet royal de Winnipeg sont sur scène jusqu’au 29 décembre pour neuf représentations du célèbre ballet Casse-Noisette. Le directeur artistique André Lewis partage l’histoire de ce spectacle pour la compagnie.

 

Manella Vila Nova (La Liberté)

 

Casse-Noisette est devenu un symbole de la période de Noël…

André Lewis : Casse-Noisette a été créé il y a plus de 100 ans par Petipa et Ivanov sur une musique de Tchaïkovski. C’est une adaptation du conte d’Hoffmann Casse-Noisette et le Roi des souris. L’histoire se déroule à Noël, alors c’est devenu une tradition de le danser à cette période. On trouve dans l’œuvre ce sens de famille qui se réunit pour les fêtes, et c’est devenu une tradition pour les parents d’y emmener leurs enfants. Le ballet est beau et la musique est plaisante. C’est un rituel annuel, un peu comme quand les gens regardent Joyeux Noël, Charlie Brown!

 

Vous jouez Casse-Noisette depuis combien de temps?

  1. L : La version actuelle, chaque année depuis 20 ans. Elle se situe en 1913, au Canada. Nous y avons incorporé des éléments typiques, comme du hockey, la Police montée ou encore les gardes du Parlement d’Ottawa. Cependant, nous avons conservé le côté russe et plus traditionnel avec le deuxième acte. Nous avons aussi convié les danseurs de Rusalka, un ensemble canadien de danse ukrainienne, à se joindre à nos artistes pour exécuter une danse traditionnelle.

 

Lire l’article complet sur le site de La Liberté.