L’artiste Virginie Hamel trouve l’inspiration en Inde

Aurore boréale, YN. Plusieurs résidences d’artistes sont organisées au Yukon. C’est pourtant en Inde que l’illustratrice Virginie Hamel a décidé de s’installer l’espace d’un mois pour sa première retraite artistique.

Plusieurs résidences d’artistes sont organisées au Yukon, notamment dans la ville de Dawson où l’ambiance est propice à la concentration. C’est pourtant en Inde que Virginie Hamel, artiste franco-yukonnaise qui pratique l’illustration et le collage et qui a exposé plusieurs fois au Yukon et en Alaska, a décidé de s’installer l’espace d’un mois pour sa première retraite artistique. Elle y a passé 30 jours riches en couleurs et en créations.

 

Kelly Tabuteau (L’Aurore boréale)

 

Aurore boréale, YN. Plusieurs résidences d’artistes sont organisées au Yukon. C’est pourtant en Inde que l’illustratrice Virginie Hamel a décidé de s’installer l’espace d’un mois pour sa première retraite artistique.
Un exemple de collage de Virginie Hamel créé pendant sa résidence artistique à Bhubaneswar, en Inde. Photo : Virginie Hamel

S’adapter pour créer

La jeune Québécoise installée au Yukon depuis 11 ans a pratiqué plusieurs formes d’arts visuels, dont l’aquarelle et le dessin aux crayons de couleur, avant de se spécialiser dans l’illustration et le collage il y a une dizaine d’années.

Ses thèmes de composition sont très souvent inspirés de son environnement yukonnais, et le moins que l’on puisse dire, c’est que son arrivée en Inde l’a obligée à sortir de sa zone de confort pour créer différemment. Elle confie : « J’ai dû me forcer à repenser mes sujets et la façon de les présenter. Mes œuvres sont moins carrées, moins géographiques, avec moins d’espace vide. Et le tout est beaucoup plus coloré et varié… comme ma région d’accueil [Bhubaneswar, à 1500 kilomètres au sud-est de New Delhi] en fait. »

Et ce n’est pas que le style que l’artiste a dû apprendre à modifier. Grâce à la technicité acquise, elle a pu s’initier à de nouvelles méthodes, notamment le collage 3D en pop-up.

 

Lire l’article complet sur le site de L’aurore boréale.