Ile-du-Prince-Édouard : Mobilisation à l’école Évangéline à Abram-Village

Ericka Muzzo (La Voix acadienne)
La Voix acadienne, IPÉ. La région Évangéline aura-t-elle droit à une nouvelle école? Le comité de construction et de rénovation pour un centre scolaire et communautaire espère que la communauté fasse pression sur les décideurs.

La directrice de l’école Évangéline, Paulette LeBlanc, a brossé un portrait plutôt sombre des infrastructures actuelles. Photo : La Voix acadienne, Ericka Muzzo

Plus de 80 personnes se sont déplacées le 29 octobre pour assister à la présentation sur le projet de construction d’un nouveau centre scolaire et communautaire pour la région Évangéline, à l’Ile-du-Prince-Édouard. La rencontre visait à sensibiliser les parents aux besoins de l’école, et à les inciter à se prononcer auprès des instances gouvernementales avant que le gouvernement procède à une annonce, attendue en novembre.

« C’est le meilleur moment pour faire pression sur les décideurs et faire connaître les besoins de l’école », affirme Janine Gallant, présidente du comité de construction et de rénovation pour un centre scolaire et communautaire pour la région. « On veut qu’ils soient inondés de messages de notre part », soutient Janine Gallant.

Des représentants de l’école, du Conseil scolaire-communautaire Évangéline (CSCÉ), du comité de parents et de la garderie Pomme et Rinette se sont prononcés pour illustrer les conditions difficiles dans lesquelles baignent les enfants et le personnel de l’école. Une vidéo réalisée par des élèves a également été diffusée.

« On pense qu’une nouvelle école est la meilleure option. C’est la première fois qu’on est la priorité de la Commission scolaire de langue française (CSLF) et le gouvernement nous a pratiquement dit que ça prenait ça. C’est un bon moment », estime Janine Gallant. Les coûts sont estimés à 20 millions de dollars, et le nouveau centre serait bâti derrière l’école actuelle. « On veut autant que possible éviter de déranger les élèves, comme c’est le cas pour l’école Three Oaks, où les salles de classe sont affectées », enchaîne Janine Gallant.

Il est toutefois possible que l’école doive se contenter de rénovations ou de reconstructions de certaines parties.

 

Lire l’article complet sur le site de La Voix acadienne.