Les élèves bilingues avantagés dès le départ : Un cerveau bilingue favoriserait la concentration, l’organisation, la mémoire

Des enseignants constatent une grande différence entre les élèves bilingues ou en immersion et ceux qui ne le sont pas : meilleures concentration, organisation, mémoire… Une chronique de Michèle Villegas-Kerlinger de L’Express.
Un cerveau bilingue favoriserait la concentration, l’organisation, la mémoire. Photo : L’Express
Michèle Villegas-Kerlinger (L’Express)

Plusieurs enseignants constatent une grande différence entre les élèves qui sont dans les écoles de langue française ou dans un programme d’immersion et ceux qui ne le sont pas.

Un grand nombre d’élèves bilingues ou en immersion manifestent la plupart des avantages que procure un cerveau bilingue: meilleures concentration, organisation, mémoire…

 

Avantages d’une deuxième langue

C’est un fait que l’apprentissage d’une deuxième langue comporte de nombreux avantages, surtout s’il se fait à un très jeune âge. À une plus grande attention et une excellente mémoire visuospatiale s’ajoutent les bienfaits suivants dont la liste n’est pas exhaustive:

  • un meilleur contrôle des fonctions exécutives, situées dans le cortex préfrontal du cerveau; ces fonctions comprennent, entre autres, la mémoire de travail, l’initiation de tâches, l’organisation et la planification, l’autorégulation et la flexibilité mentale, le contrôle des émotions et des impulsions;
  • une meilleure capacité de raisonnement;
  • un traitement plus rapide de l’information;
  • une plus grande capacité à s’adapter aux changements;
  • une meilleure exécution des tâches exigeant des changements, le suivi et la gestion de conflit;
  • une réserve cognitive qui protège le cerveau contre les maladies neurodégénératives.

 

 Plus de matière grise

Grâce à l’imagerie par résonnance magnétique, des spécialistes ont pu observer et comparer le fonctionnement du cerveau chez des sujets unilingues et des bilingues. Ces chercheurs ont trouvé que le bilinguisme modifie la façon dont les structures neurologiques du cerveau traitent les informations.

Lire l’article en entier sur le site de L’Express.