Montrez votre fierté pour le français

Catherine Paquette, journaliste au journal La Voix acadienne. Crédit : Courtoisie
Catherine Paquette (La Voix acadienne)

Les opinions exprimées dans les éditoriaux et lettres d’opinion publiés sur Francopresse n’engagent que leurs auteur(e)s et ne sauraient refléter la position de Francopresse.


Vous êtes plusieurs à nous dire qu’être Acadien, ça veut dire être fier de sa langue et de son histoire. Vous nous dites que le français fait partie de vos racines et que vous le portez dans votre cœur partout où vous allez. Vous vous dites fier de pouvoir parler français encore aujourd’hui dans votre région.

Puis, parfois, vous nous dites que votre français est « moins bon », que vous manquez de vocabulaire, que vous n’êtes pas certains que vous pouvez faire une entrevue en français avec une journaliste.

Cette crainte s’appelle l’insécurité linguistique. C’est un phénomène qui se manifeste chez plusieurs personnes qui vivent surtout en contexte minoritaire, où l’anglais a depuis longtemps pris le dessus sur le français, comme à l’Île-du-Prince-Édouard.

Ces personnes ne se sentent pas entièrement à l’aise de parler français, en compagnie d’autres locuteurs comme les Québécois ou les Français, même s’il s’agit de leur langue maternelle. Cette insécurité est historique : les Acadiens ont été contraints d’apprendre l’anglais et on leur a répété jour après jour que le français était honteux. Des écoles de langue française ont fermé leur porte, et la population francophone a perdu son accès à sa langue.

Lire l’éditorial intégral sur le site de La Voix acadienne.