Bienvenue au Parc du phare au Cap Sainte-Marie

Mary Ann Gauvin, présidente de la Société acadienne de Clare, a pris la parole ainsi que le député fédéral, Colin Fraser (à gauche), et le préfet de la municipalité de Clare, Ronnie LeBlanc. Crédit photo : Richard Landry
Richard Landry

CAP SAINTE-MARIE : Plus de 200 personnes, dont de nombreux pêcheurs, ont assisté à l’ouverture officielle du Parc du phare au Cap Sainte-Marie le jeudi 5 juillet. Le projet du Parc résulte d’une initiative de la Société acadienne de Clare qui a voulu, depuis plus de 15 ans, installer un monument en Clare en l’honneur des personnes de la municipalité disparues en mer.

La municipalité de Clare et la communauté ont choisi le site du phare au Cap Sainte-Marie pour y installer ce monument qui a été dévoilé à la même occasion. Le site, la plus récente attraction touristique qui comprend deux acres au bord de la mer, a subi de nombreuses améliorations au cours des 12 derniers mois. On vise à attirer davantage de visiteurs dans la région et à enrichir l’expérience qu’ils y vivent ainsi qu’à reconnaître les nombreuses personnes, surtout des pêcheurs, perdues en mer.

Le travail sur le site a commencé en juillet 2017 avec le peinturage de la tour du phare et le remplacement du toit et du revêtement en vinyle par des bardeaux de cèdre. Une barrière en maillons de chaîne a été remplacée par des poteaux et des cordages de style nautique. Un stationnement en gravier a été aménagé afin d’accommoder davantage de visiteurs et des pierres de granite clôturent le stationnement.

Les visiteurs pourront y observer les bateaux de pêche, les oiseaux de mer et autres surprises grâce à l’installation d’une lunette d’observation. Un abri pour le pique-nique et des tables accessibles aux fauteuils roulants ont aussi été installés. Pour le bénéfice des touristes, on a installé un nouveau panneau d’accueil et des panneaux d’interprétation qui expliquent la fondation du village, l’histoire du phare, la Déportation des Acadiens, l’écologie marine locale et même le brouillard, qui par hasard s’est manifesté pour l’occasion, malgré le beau soleil qui brillait jusqu’à quelques moments avant l’inauguration officielle.

Au point central du Parc, on retrouve un monument commémorant les gens de la région qui ont péri en mer. Il s’agit d’un partenariat avec la municipalité de Clare, la Société acadienne de Clare, la Société historique acadienne de la Baie Sainte-Marie et le Centre acadien de l’Université Sainte-Anne. Le sculpteur local, Marc Graff, a été mandaté pour sculpter dans le granite un marin qui a été placé au haut du monument.

Stéphane Cyr, directeur général de la municipalité de Clare, a accueilli la foule. Il a invité les partenaires à prendre la parole tout en rappelant qu’il y a encore quelques petits travaux à compléter sur le Parc, surtout au terrain.

Colin Fraser, député fédéral de la région, était le premier à prendre la parole. « Je suis particulièrement ravi d’être ici pour le dévoilement du monument commémorant les gens de la municipalité de Clare qui ont péri en mer. Le sculpteur local Marc Graff a réalisé une œuvre magnifique en créant le buste d’un pêcheur. La pêche et la communauté locale sont intimement liées à l’histoire de cette région, a ajouté Colin Fraser. Les exportations de poisson et la construction navale étaient les principales sources de revenus dans le village, et la mer continue à faire vivre les familles locales depuis des générations. Ce vibrant hommage salue le courage et la bravoure de ceux et celles qui partent en mer pour ne jamais en revenir. »

La subsistance dans la région repose encore largement sur les industries primaires traditionnelles comme la pêche, selon lui. « Dans le cadre de la Stratégie de croissance pour l’Atlantique, le gouvernement du Canada s’engage à faire des investissements stratégiques dans l’industrie touristique afin de créer davantage d’emplois liés au tourisme. Même avant ces travaux d’envergure, le site attirait chaque année entre juin et octobre plus de 9 000 résidants locaux et visiteurs. Ces améliorations encourageront davantage de visiteurs à découvrir le phare et à  passer du temps dans la région pour observer la faune à partir des falaises du parc ou de la plage de Mavillette à côté », a-t-il conclu.

 

Le monument à la mémoire des personnes perdues en mer installé au nouveau Parc du Cap Sainte-Marie. Crédit photo : Richard Landry 

Le préfet de la municipalité de Clare, Ronnie LeBlanc, a souligné que ce projet est l’aboutissement de presque deux ans de travail sur le site. « C’est un exemple brillant de ce qui peut être accompli quand les gouvernements et la communauté travaillent ensemble vers un but commun. Je tiens à remercier la Société acadienne de Clare, la Société historique acadienne et le Centre acadien pour leur contribution importante au magnifique monument. Je tiens également à remercier deux résidants de Clare, Harold Robicheau pour avoir nommé le Parc, et Marc Graff qui a sculpté le spectaculaire marin de granite qu’il a nommé Retour à la maison. Des projets tels que le Parc du phare honorent notre patrimoine culturel, enrichissent la vitalité de notre communauté et mettent en valeur notre région. » Le préfet qui, est aussi pêcheur et père de famille, a souligné qu’il connaît bien la mer et sait comment elle peut être déchaînée parfois même s’il apprécie généralement sa présence.

Au tour de Mary Ann Gauvin, présidente de la Société acadienne de Clare, de remercier les personnes qui ont contribué à la création du monument. « Ça été un gros projet que la Société acadienne a entrepris avec la communauté. Il y a eu beaucoup, beaucoup de personnes de mobilisées et d’innombrables heures de recherche. Quatre étudiants ont d’ailleurs été embauchés pour aider dans la recherche et l’histoire. Un tel monument représente beaucoup pour une communauté. Nous sommes chanceux de l’avoir. Nous pouvons maintenant mieux rendre hommage à ceux et celles qui sont disparus en mer mais qui sont toujours présents dans nos cœurs. »

Elle a tenu à remercier particulièrement Laura et Lewis Maillet (((à vérifier))) qui ont consacré beaucoup de temps bénévolement, les partenaires des collectes de fonds, l’Union des pêcheurs des Maritimes, le professeur de l’Université Sainte-Anne, Marc Lavoie, l’archiviste de la Société historique acadienne, Marcelle Comeau, et la municipalité de Clare pour sa grande collaboration.

Larry Peach, gérant du Tourisme pour la municipalité, s’est dit enchanté de cette inauguration. « La transformation du phare et de la propriété en un parc municipal offre des installations récréatives à nos résidants et une nouvelle attraction touristique pour nos visiteurs. Le Parc ajoute à notre ensemble de sites touristiques de destination à la plage de Mavillette et au Cap Sainte‑Marie », selon lui.

Il a noté qu’un site bilingue Internet a été créé (capsaintemarie.ca) avec des informations historiques, une webcam provinciale, une page Facebook et des photographies prises par un drone. Un nouveau panneau communautaire a été installé ce printemps sur la route 101 annonçant la beauté de la plage de Mavillette et du phare du Cap Sainte-Marie.

« Il y a déjà des noces de prévues pour le mois d’août prochain sur le site et on espère que des évènements comme le Fog Run et le Gran Fondo profiteront à l’avenir de ces jolis sites panoramiques. Il est aussi prévu que le nouveau Parc sera à l’origine de projets et peut-être même qu’il encouragera l’investissement du secteur privé dans la région locale », a-t-il noté. Il a également remercié les nombreux partenaires, dont Marc Graff et Harold Robicheau.

Harold Robicheau a noté après l’inauguration que c’est son père, J. Louis Robicheau, qui était alors propriétaire de Bluerock Construction et de Meteghan Home Furnishing, qui a construit le phare du Cap Sainte-Marie en 1965. « Mon père a acheté l’entreprise de construction en 1958 et a construit le phare pour le ministère des Transports de l’époque. Le site comprenait alors aussi deux bungalows et une remise. Un des bungalows existe encore au Cap Sainte-Marie,  propriété de Hector Boudreau, et l’autre a été transporté par bateau à homard dans la région de Par-en-Bas. » Un nouveau panneau au phare du Cap présente l’histoire du phare.

Le projet est appuyé par le Gouvernement du Canada grâce au Fonds d’innovation des communautés de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA), la municipalité de Clare et le Programme d’accès de la province de la Nouvelle-Écosse. Le 10 janvier 2017, la municipalité de Clare a pris possession du Phare du Cap Sainte-Marie et de sa propriété lors d’un processus de cession mené par le gouvernement du Canada. Le gouvernement fédéral va cependant continuer d’entretenir l’équipement de navigation du phare.