Un nouveau lieu de reconnaissance du peuple métis

Janelle Fillion, l’architecte du lieu de reconnaissance du peuple métis.
Marie Berckvens (La Liberté)

Un espace de reconnaissance métisse a été inauguré le 21 juin au Jardin du patrimoine de Saint-Boniface, au Manitoba. Plusieurs dizaines de personnes étaient rassemblées pour l’occasion, en pleine Journée nationale des peuples Autochtones.

Un nouveau sentier composé de six panneaux interprétatifs a alors été dévoilé. Le paysagisme et les panneaux ont été conçus par deux femmes métisses francophones, l’architecte Janelle Fillion et l’artiste Candace Lipischak. Janelle Fillion explique que ce lieu de reconnaissance a un but éducatif : aider les jeunes, les visiteurs, les voisins à comprendre ce que représente le peuple métis.

Le comité bénévole qui a initié ce projet a travaillé durant deux ans, pour que cet espace voie le jour. Julie Turenne-Maynard, coordonnatrice du projet, explique la raison d’être d’un tel projet : «  Quand la mission catholique de Saint-Boniface est arrivée en 1818 au Manitoba, la majorité était des voyageurs qui ont ensuite épousé des femmes autochtones. Ça fait partie intégrale de notre culture. On voulait reconnaître le peuple métis en développant un espace dédié à eux, qui parle vraiment qui est ce peuple, quelles sont les traditions et quels éléments sont importants pour eux. »

Paulette Duguay, la présidente de l’Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba, se dit très heureuse qu’une telle initiative ait pu voir le jour : « Cela représente une grande reconnaissance à nos disparus, nos aînés, nos ancêtres. Cela me fait plaisir pour eux, parce qu’ils ont vécu des défis incroyables. Ils ont vraiment eu la vie difficile. Aujourd’hui, qu’on mette les Métis dans cette lumière, cela me fait penser aux aînés et à nos chers défunts. Jamais, il y a 100 ans, ils auraient cru qu’on aurait fait ça pour les Métis. Je me réjouis surtout pour eux et pour les futures générations, parce que les jeunes réclament leur identité métisse. »

Un nouveau panneau d’interprétation de Louis Riel a aussi été dévoilé dans le cimetière de la Cathédrale de Saint-Boniface.