Un dernier obstacle au projet de loi qui interdit la publicité d’aliments et de boissons néfastes pour la santé 

L’ancienne sénatrice Nancy Greene Raine. Photo : Courtoisie
Ancienne sénatrice Nancy Greene Raine

 Chaque semaine, par le biais de Francopresse, un sénateur ou une sénatrice présente un texte d’opinion sur un sujet pertinent pour les lecteurs de Francopresse et des journaux membres de l’Association de la presse francophone. Les opinions exprimées dans ces textes n’engagent que leurs auteur(e)s.


Une crise d’obésité sévit au Canada et il s’agit de jeter un coup d’œil au registre des lobbyistes pour comprendre pourquoi.

Mon projet de loi, la Loi sur la protection de la santé des enfants, a été adopté par le Sénat en septembre dernier. Depuis lors, il a stagné dans la Chambre des communes.

Il a finalement passé l’étape du Comité parlementaire à la Chambre des communes le 1er mai, et se retrouve maintenant en troisième lecture. Si cette loi est adoptée, elle comptera parmi mes plus grandes réalisations, au même titre que ma médaille d’or olympique aux Jeux de Grenoble.

Le projet de loi est simple. Il consiste à mettre fin à la publicité ciblée d’aliments et de boissons néfastes pour la santé qui s’adresse aux enfants de moins de 13 ans. Il n’empêcherait toutefois pas les parents d’acheter ce qu’ils veulent pour leurs enfants.

Nous n’avons pas de données précises pour le Canada, mais aux États-Unis, les publicitaires d’aliments et de boissons dépensent entre 10 et 15 milliards de dollars chaque année en publicité destinée aux enfants.

Ces sommes d’argent colossales disent bien tout ce qu’il y a à savoir : les enfants sont ciblés parce que les publicités fonctionnent.

Ce qui m’amène au registre des lobbyistes.

Le projet de loi S-228 a été soumis à des comités du Sénat et de la Chambre des communes où des témoins ont eu l’occasion de présenter leurs arguments en faveur et contre le projet de loi et de répondre aux questions des parlementaires — tout ceci publiquement.

Le registre des lobbyistes montre qu’une campagne contre le projet de loi fait aussi rage à huis clos.

Les fabricants de boissons gazeuses, les associations de l’industrie, les radiodiffuseurs et les publicitaires ont discuté de ce projet de loi avec les sénateurs et les députés.

Même des lobbyistes de la Ligue nationale de hockey luttent contre le projet de loi.

Je le répète : pourquoi ces groupes dépenseraient-ils ainsi autant de temps, d’énergie et d’argent si la publicité destinée aux enfants ne fonctionnait pas?

Nous n’avons pas besoin d’autres études. Nous savons que nous sommes confrontés à une crise d’obésité au Canada. Soit nous prenons des mesures, soit les contribuables verront augmenter la facture des soins de santé plus tard.

L’adoption de ce projet de loi est quelque chose de significatif et de concret que nous pouvons faire maintenant. Si la loi est adoptée, le Canada s’en portera mieux.

 

Nancy Greene Raine est médaillée d’or et d’argent olympique, deux fois championne du monde de descente et ancienne sénatrice qui a représenté la Colombie-Britannique pendant neuf ans. Elle a pris sa retraite du Sénat le 11 mai 2018.