Langues officielles : la commissaire recommande la création d’un secrétariat

La commissaire aux langues officielles Katherine d’Entremont a déposé son dernier rapport, mercredi, à Fredericton. Photo : Acadie Nouvelle, Pascal Raiche-Nogue
Pascal Raiche-Nogue (Acadie Nouvelle)

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick doit se donner les moyens de faire respecter la Loi sur les langues officielles en créant un secrétariat à cet effet. C’est ce que recommande la commissaire Katherine d’Entremont dans un rapport déposé mercredi.

Pour la cinquième et dernière fois, la commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick s’est présentée devant un comité de députés pour présenter son rapport annuel, mercredi matin à l’Assemblée législative.

Dans ce document, elle ne mâche pas ses mots. Après avoir mené une enquête sur le plan d’application de la Loi, elle en est arrivée à la conclusion que sa mise en œuvre « ne respecte pas plusieurs dispositions de la LLO et ne permet pas d’atteindre plusieurs objectifs fixés par la Loi », lit-on dans le rapport.

La commissaire dit avoir mis le doigt sur ce qui explique cette lacune : « l’absence d’une structure et de ressources adéquates pour assurer l’application de la LLO et appuyer le premier ministre dans sa responsabilité première : être le ministre responsable de la Loi sur les langues officielles ».

 

Lire l’article intégral sur le site de l’Acadie Nouvelle