Une doctorante recommande que les parents anglophones soient mieux entourés

Mary MacPhee recommande l’ajout de ressources adéquates dans les écoles françaises.
Jacinthe (La Voix acadienne)

Mary MacPhee recommande que les parents non francophones dont les enfants vont à une des écoles de la Commission scolaire de langue française soient mieux encadrés. 

Détentrice d’un doctorat à l’issue de la présentation de sa thèse au public le 22 février et de l’évaluation académique qui a suivi, sa recherche a démontré que les parents non francophones se sentent délaissés par le système, moins bien informés que les parents francophones, et que pour cette raison, leur degré de participation à la vie scolaire de leur enfant n’est pas au niveau qu’ils le souhaiteraient.

À plusieurs reprises pendant son exposé, Mary MacPhee a rappelé que la Commission scolaire de langue française avait ouvert ses portes aux enfants de parents non-ayants droit, et pour ainsi dire non francophones. De surcroît, des facteurs comme l’immigration et l’exogamie contribuent à augmenter la proportion de parents non francophones et aussi d’élèves non francophones, à leur arrivée dans une école française.

 

Lire l’article complet dans La Voix acadienne