Du livre au gymnase : Le quidditch, nouveau sport à Goulds

 

Quidditch Une partie de l’équipe de quidditch de l’école intermédiaire St. Kevins, de Gould, en action. Ivar Alberto Delgado Sifuentes/Le Gaboteur
Ivar Alberto Delgado Sifuentes (Le Gaboteur)

Pour la première fois dans l’histoire de Terre-Neuve-et-Labrador, une équipe de quidditch a vu le jour. Quidditch? Le sport des livres Harry Potter? Eh oui, le même. Version moldu bien sûr. Ce qui veut dire que la magie est interdite et qu’il est proscrit de voler. Malgré ces restrictions, des jeunes de Goulds se livrent avec plaisir à ce sport passionnant et très agréable à regarder.

C’est dans l’école St. Kevins Junior High (SKJH), à Goulds, qu’un groupe d’élèves en français immersion et français de base, guidés par leur moniteur de langue française, se réunissent chaque semaine, le jeudi, pour s’adonner à ce drôle de sport.

Le quidditch moldu est né en 2005 aux États-Unis. Il a été créé par Xander Manshel et Alex Benepe, deux étudiants de l’université de Middlebury avec énormément d’imagination. Depuis, plusieurs ligues et équipes se sont créées un peu partout dans le monde, toutes réunies par l’« International Quidditch Association » (IQA). C’est cette association qui a publié le livre des règles sur lesquelles toutes les équipes de quidditch du monde se basent pour jouer.

Il faut dire qu’il n’est pas facile de jouer un sport qui a autant des positions que des balles.

 

Souafle et Vif d’or

L’objectif de ce jeu est de passer le souafle, une balle de volley-ball, à travers les anneaux de l’équipe adverse. Le gardien de but s’occupe de protéger ses anneaux. Les personnes en charge de marquer les buts sont les poursuiveurs. Les gens en charge de défendre l’équipe sont les batteurs. Ces derniers se passent le cognard, une balle utilisée pour jouer au ballon-chasseur, pour frapper les joueurs adverses et ainsi les faire sortir du jeu le temps qu’ils touchent leurs buts.

Ensuite, l’attrapeur est en charge de capturer le Vif d’or. Bien que cette balle ait des ailes et une pensée propre dans le monde magique, c’est une personne habillée en jaune avec une balle de tennis dans un bas en arrière de son dos qui remplit cette tâche pour la version moldu de ce sport. Eh oui, il faut bel et bien avoir une bonne estime de soi pour occuper une poste pareil. C’est l’attrapeur qui est en charge d’attraper cette « balle ».

Chaque équipe est composée de sept joueurs, soit un gardien, trois poursuiveurs, deux batteurs et un attrapeur. Les matchs durent 20 minutes divisés en deux périodes de 10 minutes. Le match finit lorsque l’attrapeur capture le Vif d’or.

Ce sport est un mélange entre soccer, le ballon-chasseur et le handball, mais il se pratique avec un balai entre les jambes.

L’équipe formée à SKJH est petite mais solide. C’est la seule équipe sportive mixte de l’école. Donc, tout le monde est le bienvenu.

 

Pas juste pour les potterheads

Ce sport a attiré plusieurs fans de la série des livres d’Harry Potter. C’est le cas pour Julia Daley, Madison Brown et Jasmine Potter, toutes poursuiveuses dans l’équipe. Elles ont été séduites par ce sport magique lorsque la création d’une équipe a été annoncée à l’école. Cependant, le quidditch n’est pas fait seulement pour les potterheads, il est fait pour n’importe quel amateur de jeux d’équipe et physiques.

Pour des élèves comme William Cull-Whitten, poursuiveur également, c’était plutôt le désir d’essayer quelque chose de nouveau. « Je trouve que c’est une excellente activité à faire après l’école », explique-t-il.

Pour la plupart des joueurs, la grande surprise a été d’apprendre que ce sport se pratiquait avec un balai entre les jambes. Malgré cela, l’invitation à apprendre et jouer le quidditch a été un succès à SKJH.

Malachi Warren, un des gardiens de but, espère que ce sport continuera d’attirer du monde afin de pouvoir enfin jouer un match officiel. William Cull-Whitten va même plus loin : il espère voir un jour un trophée de quidditch exposé à l’entrée de l’école, aux côtés des trophées de basket et de soccer. La petite équipe de SKJH, composée de 10 joueurs, souhaite pouvoir continuer avec ce sport dans les années à venir.

Ce sport inclusif a ouvert la porte de l’activité physique à un ensemble d’élèves qui ne se sentaient pas attirés par les sports traditionnels. Qui sait si on ne verra pas à l’avenir le quidditch intégré aux activités offertes dans toutes les écoles afin que l’activité physique soit accessible à tous et toutes?

 

 

Pour en savoir plus sur ce sport et ses règles, visitez la version française du site de l’International Quidditch Association au

http://iqaquidditch.org/fr/index.html

 

Visitez également la version française du site Quidditch Canada au

http://quidditchcanada.com/fr/page-accueil/