Élections territoriales au Nunavut : Place aux femmes et à la jeunesse   

Michel Potvin (Le Nunavoix)

Le 30 octobre, les Nunavummiuts se sont rendus aux urnes afin d’élire les 22 députés qui formeront la 5e Assemblée législative du Nunavut.

Dix-neuf députés de l’Assemblée précédente tentaient de se faire réélire. L’électorat en aura décidé tout autrement. Onze nouveaux visages se sont fait élire, alors que 8 députés sortants, dont 3 ministres, se sont fait dégommer.

Taux élevé de participation de l’électorat

Le taux de participation de l’électorat aura été de 64,8 % (taux non officiel). Pas si mal, comparé au 68,3 % de l’élection fédérale de 2015.

Notons toutefois d’importantes divergences régionales. Dans la circonscription d’Arviat Sud, le taux de participation a atteint 81,2 %, le plus haut sur le territoire, et de loin. Inversement, les taux de participation les plus faibles ont été enregistrés à Iqaluit (48,9 % dans Iqaluit-Sinaa et 49,7 % dans Iqaluit-Tasiluk), une différence notable de 32,3 % avec Arviat Sud. Ferveur versus indifférence totale? Difficile d’expliquer ce phénomène régional.

Nombre record de femmes élues

Dix-sept femmes se sont portées candidates dans 11 des 22 circonscriptions. Six, ou 35 % d’entre elles, ont été élues (Cambridge Bay, Iqaluit-Niaqunnguu, Iqaluit-Sinaa, Kugluktuk, Pangnirtung et Rankin Inlet Nord-Chesterfield Inlet), soit deux fois plus qu’en 2013. La représentation féminine sera donc de 27 % à l’Assemblée législative du Nunavut, comparativement à 26 % à la Chambre des communes, à Ottawa.

Cinq des 6 élues sont de nouvelles venues en politique territoriale, mais elles ne sont certes pas à sous-estimer. Parmi elles, notons Elisapee Sheutiapik, ancienne mairesse d’Iqaluit, Cathy Towtongie, ancienne présidente de Nunavut Tunngavik Inc., de 2001 à 2004 et de 2010 à 2016, et Margaret Nakashuk, une fonctionnaire du gouvernement du Nunavut qui aura facilement défait le député sortant et ministre Johnny Mike. Dans Cambridge Bay, Jeannie Ehaloak, mairesse de Cambridge Bay, a été déclarée vainqueure le 4 novembre à la suite d’un recomptage judiciaire. Pat Angnakak, quant à elle, a été réélue pour un second mandat dans Iqaluit-Niagunnguu, à la suite d’une lutte à trois chaudement disputée. Enfin, Mila Kamingoak, a été élue par acclamation dans Kugluktuk.

Une assemblée rajeunie

En 2013, David Joanasie, à 30 ans, devenait le plus jeune député de la courte histoire du Nunavut à la suite de son élection dans Baffin Sud. Le 30 octobre dernier, Joanasie a été facilement réélu, récoltant 61 % des votes. Mais cadet parlementaire, il n’est plus.

Lors de la rentrée, 4 de 22 députés (18 %) auront 37 ans ou moins : Adam Arreak-Lightstone, 30 ans (Iqaluit-Manirajak), Mila Kamingoak, 31 ans (Kugluktuk), David Joanasie, 34 ans (Baffin Sud) et John Main, 37 ans (Arviat Nord-Whale Cove). Notons qu’Arreak-Lightstone aura détrôné Monica Ell-Kanayuk, vice-première ministre et ministre du Développement économique et des Transports, alors que Main l’aura facilement remporté avec 78 % des voix contre George Kuksuk, ministre de la Culture et du Patrimoine.

Forum du leadership

Le Nunavut est l’une des deux juridictions au Canada (l’autre étant les Territoires du Nord-Ouest) qui possèdent un mode de gouvernement par consensus plutôt que par partis politiques.

L’une des particularités de ce système est qu’il revient aux députés indépendants d’élire en leur sein le président de l’Assemblée, le premier ministre et les ministres lors d’un scrutin secret, qui sera tenu dans le cadre du Forum du leadership qui aura lieu le 17 novembre.

Chose certaine, le prochain cabinet sera fort différent de celui de la 4e Assemblée. Des 8 membres sortants, seuls Paul Quassa, George Hickes et Joe Savikataaq demeurent. Il y a peu de doute que tous les 3 regagneront le cabinet.

Quant à savoir qui accèdera au poste de premier ministre du Nunavut, seul Patterk Netser (Aivilik) avait publiquement déclaré son intention au moment de la rédaction. Il est tout à fait plausible de croire que Paul Quassa (Aggu) tentera sa chance à nouveau, lui qui avait été défait par Peter Taptuna en 2013. Cathy Towtongie (Rankin Inlet Nord-Chesterfield Inlet), Lorne Kusugak (Rankin Inlet Sud) sont deux autres aspirants pressentis.  Enfin, Joe Savikataaq (Arviat Sud) en est un autre qui pourrait causer une surprise, advenant qu’il se porte candidat.