L’accent aigu sur Orléans

Louis V. Patry  (L’Orléanais)

Depuis longtemps, des gens se demandent si le nom Orléans en Ontario prend un accent aigu et, si oui, est-il requis en anglais, et aussi lorsque le nom est écrit en majuscules?

 

Parlons d’abord de l’origine du nom Orléans. Jean-Théodore Besserer a été le premier maître de poste à Orléans en 1860, année de la fondation du village. Selon la tradition orale, il aurait nommé la localité à la mémoire de son lieu de naissance, l’Île d’Orléans et en souvenir de son grand-père qui y avait pratiqué la médecine. De plus, le nom Orléans remonte à une ville du même nom en France.

 

De 1860 jusque vers la fin des années 1970, la population d’Orléans était majoritairement francophone, mais ce village francophone allait changer avec la croissance immobilière et la multiplication de commerces. La préoccupation des citoyens francophones qui voulaient garder « leur place » a résulté, en 1989, en une demande de la Commission de toponymie de l’Ontario, que chacun  des deux conseils municipaux, celui de Gloucester et celui de Cumberland, se prononce sur l’ajout de l’accent aigu. En mai 1994, les deux municipalités se sont entendues sur une résolution à cet effet et la Commission y a donné son approbation en juin 1994.

 

Un des premiers champs d’action de la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO), fondée en 2011, a été la toponymie.  Une étude de la fréquence d’utilisation de l’accent sur le nom Orléans en 2013 en a démontré une absence importante. La SFOPHO a alors entrepris une campagne d’information et de sensibilisation auprès des journaux, des commerces et des organismes pour les encourager à mettre l’accent dans leur publicité, tout en leur rappelant l’importance démographique de la communauté francophone et francophile d’Orléans.

 

Selon la SFOPHO, 53% des commerces, en mai 2015, utilisait l’accent dans leur publicité, ceci étant une amélioration importante sur l’année 2013, alors que seulement 21% l’utilisait.

 

Depuis 2015, ces chiffres sont demeurés sensiblement les mêmes. Quelques commerces ne mettent toujours pas l’accent et persistent à ne pas changer, même après avoir été informés de la décision de 1994. De plus, de nouvelles entreprises s’installent à Orléans et adoptent une marque de commerce incluant le nom « Orleans » sans accent.

 

Certains citoyens croient que l’accent est un détail anodin, d’autres cependant, le considèrent important puisqu’il annonce aux touristes une région aux racines francophones et rappelle aux citoyens d’Orléans le patrimoine culturel francophone de leur localité.

 

L’objectif de sensibilisation et d’acceptation de l’accent aigu sur Orléans n’est pas encore atteint. Il le sera lorsqu’il deviendra un automatisme pour la population d’écrire Orléans, Ontario, avec un accent aigu, en français, en anglais, en minuscules et en majuscules, sans y réfléchir.