La nouvelle image « franco » crée de l’engouement

Photo Bonjour !
Crédit photo : ACFA (Alizé Cook et Gilles-Pierre Nadeau)
Karine Charlebois (Francopresse)

 

Les communautés de langue française en milieu minoritaire ont su, à travers les années, surmonter les défis. Aujourd’hui, grâce aux efforts de quelques groupes, ils affichent leurs couleurs par l’entremise de vêtements « francophiles », une tendance en croissance, qui permettent du coup d’être plus visibles.

Déjà bien ancrée en Acadie, dont le drapeau est reconnu, cette tendance a fait des petits, s’étendant vers l’ouest dans les dernières années. Les derniers nés sont tout frais, avec deux lignes lancées en mars.

Un premier tremplin a été observé en 2014 alors Renée O’Neill fondait l’entreprise EnTK, qu’elle considère la première ligne de vêtements culturels au pays. Sur l’un des premiers chandails au vert franco-ontarien, elle inscrivait « Restez calme, oui il y a des francophones hors Québec ».

De fil en aiguille, la fierté de cette Franco-Ontarienne est devenue sa marque de commerce et a permis de faire grandir cette mode au pays. « Mon but premier c’était de voir les communautés de langue française se transformer et gagner en assurance », explique-t-elle. Renée O’Neill avait d’abord créé des produits à la suite de demandes de la part de certains citoyens de l’Alberta et du Manitoba. C’est cependant cette année que le tout s’est réellement concrétisé et que des associations de langue française ont décidé de produire leur propre mouvement.

À la fin février, l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) a lancé sa propre collection de vêtements franco-albertains. « Les vêtements sont un moyen courant, simple et inclusif qui permet non seulement de nous afficher, mais aussi de débuter une conversation », indique l’ACFA.

Plus tôt, en décembre, l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) avait fait appel aux citoyens francophones de la Saskatchewan, afin de créer à son tour une nouvelle ligne de vêtements. Les gilets, qui sont officiellement en vente depuis le début mars, ont été conçus en s’inspirant des idées soumises par les citoyens de la Saskatchewan. Le directeur du renforcement communautaire de l’ACF, Frédéric Dupré, mentionne fièrement que malgré la courte période de vente, l’assemblée a déjà reçu quelques dizaines de commandes. « La communauté fransaskoise est parfois invisible, indique M. Dupré, l’objectif c’est de la rendre visible et plus attrayante. »

Photo : Restez calme il y a des francos hors Québec
Crédit photo : Entk.ca

 

Est-ce une fausse perception ? Par les nombres dilués, il est plus laborieux d’afficher sa fierté linguistique dans l’Ouest qu’en Atlantique.

C’est pour cette raison que les fondateurs des vêtements griffés « franco » ont décidé d’innover en instaurant cette mode qui, selon l’ACFA, a « suscité un grand engouement » auprès des francophones. Selon la fondatrice d’EnTK, Renée O’Neill, les francophones hors Québec ont changé d’état d’esprit. Selon elle, ce n’est plus une aire de débat, mais plutôt le moment de « se faire reconnaitre auprès des anglophones. »