Le rendez-vous de la fierté, Acadie Love — L’affirmation d’une culture d’inclusion et d’ouverture

Le sénateur René Cormier représente le Nouveau-Brunswick. Il est membre du Comité sénatorial des affaires sociales, des sciences et de la technologie, du Comité sénatorial des langues officielles, ainsi que le Comité sénatorial des transports et des communications.
Le sénateur René Cormier

 

Au cours des cinq dernières décennies, la communauté canadienne LGBTQ+ a fait de grands progrès dans la promotion de ses droits. Pensons notamment à la dépénalisation de l’homosexualité dans les années 1960, à l’égalité des droits énoncés dans la Charte canadienne des droits et libertés en 1982, à la promulgation de la Loi sur le mariage civil historique en 2005, et enfin à l’adoption par le Sénat du Canada, le 15 juin dernier, du projet de loi C-16 visant à contrer la discrimination fondée sur l’identité et l’expression de genre. Après plusieurs années de revendications, la communauté transgenre a accueilli cette décision avec beaucoup d’émotion et de gratitude.

Le Canada est reconnu comme un ardent défenseur des droits de la personne tant au pays qu’à l’étranger. Alors que depuis 2005, nous soulignons chaque année la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, et que des gains importants sont faits pour protéger les minorités LGBTQ+, il en est tout autrement dans certains pays.

Comme le relatait le Globe and Mail (en anglais seulement) dans son numéro du 15 juin 2017, quelques heures avant l’adoption du projet de loi C-16 au Sénat du Canada, un jeune malaisien de 18 ans mourrait dans un hôpital de son pays après avoir été battu, brûlé avec des cigarettes et sodomisé avec des objets contondants par un groupe de jeunes de son âge qui le trouvaient trop efféminé. Cette histoire n’est malheureusement pas un cas isolé.

Voilà pourquoi, en tant que sénateur acadien indépendant, je joins ma voix à celles et ceux qui sont engagés dans cette mission en acceptant d’être un des porte-paroles du premier Rendez-vous de la Fierté : Acadie Love qui se tiendra du 13 au 16 juillet prochains à Caraquet, dans la Péninsule acadienne au Nouveau-Brunswick.

Cette nouvelle initiative a comme mission de promouvoir l’inclusion, la solidarité et la sensibilisation face à la communauté LGBTQ+, et veut célébrer cette diversité sexuelle par le biais d’activités artistiques, culturelles et éducatives.

Une impressionnante programmation, mettant en vedette des personnalités connues tels le docteur Réjean Thomas, le poète Jean-Paul Daoust, l’artiste de renommée internationale originaire de Caraquet Léopold Foulem, la chanteuse Sandra Lecouteur, l’écrivaine Christiane Saint-Pierre et la sympathique Mado Lamothe, permettra au public de se divertir tout en se sensibilisant aux défis touchant le respect des droits de la personne. Films, conférences thématiques, spectacles cabaret sont au menu de cette initiative ouverte à toutes et à tous.

La municipalité de Caraquet, où je suis né, a toujours fait preuve de créativité et d’innovation dans la réalisation d’événements rassembleurs. Le Festival acadien de Caraquet, le Festival acadien de poésie, le Festival des arts visuels en Atlantique, le Festival de théâtre jeunesse en Acadie sont quelques-uns des rendez-vous culturels phares qui ont pris naissance dans cette communauté et qui en font sa réputation. Ce nouveau festival vient confirmer la place incontournable qu’occupe ce pôle culturel dynamique au Canada.

Joignez-vous à nous cet été afin de célébrer le 150e anniversaire du Canada dans toute sa richesse et sa diversité !

Pour en connaître davantage, rendez-vous à www.acadielove.ca


Chaque semaine, par le biais de Francopresse, un sénateur ou une sénatrice présente un texte d’opinion sur un sujet pertinent pour les lecteurs de Francopresse et des journaux membres de l’Association de la presse francophone. 

Les opinions exprimées dans les lettres d’opinion publiées sur Francopresse n’engagent que leurs auteur(e)s et ne sauraient refléter la position de Francopresse ou de l’Association de la presse francophone (APF).